Quelques jours de nos vies (Before you go)- Clare Swatman

couverture

Synopsis:

Si la vie vous donnait une seconde chance, referiez-vous tout… en mieux ?

Zoe et Ed étaient prédestinés à s’aimer. Aujourd’hui, en couple depuis vingt ans, ils traversent côte à côte les plaines et les sommets de la vie conjugale. Comme un couple de vingt ans, ils s’embrassent tous les matins. Sauf que ce matin-là, Zoe est excédée et envoie balader Ed… qui meurt, fauché par un bus. Comment Zoe pouvait-elle savoir que c’était la dernière fois qu’elle le voyait? Mais était-ce vraiment la dernière…?
Quelque temps plus tard, Zoe se réveille dans sa chambre de jeune fille. La vie semble lui avoir offert une seconde chance: revivre les moments les plus importants de son histoire avec Ed. Et les revivre en mieux, afin d’en changer le destin…

Mon avis:

Je remercie les Editions « Presses de la Cité » pour leur confiance.

A la suite de cette chronique de Florylège, j’ai su qu’il fallait absolument que je lise Quelques jours de nos vies. Elle avait terminé ce roman en pleurant et j’avais envie d’être émotionnellement mise à contribution de cette manière.

Ainsi, ce roman s’ouvre de manière très forte car nous assistons à la dernière journée de Zoe et Ed ensemble. En effet, Ed meurt dans un accident de la route et dès le début, nous avons le coeur pris en étau car nous assistons, tel un somnambule, aux préparatifs et à l’enterrement d’Ed comme si nous étions dans la tête de Zoe. Nous ressentons donc exactement ce qu’elle ressent car ce qui s’est passé ce matin-là, nous pourrions en retirer les mêmes regrets. Il suffit d’un infime détail pour nous détruire. Ce matin-là, Zoe a envoyé Ed bouler. Ils se sont donc séparés le coeur lourd et cela, Zoe ne peut pas le supporter.

I’ll always wish I could have a chance to change some of he things I did on the day he died and in the months and years before that.

Là où j’étais le plus intéressée, c’était de savoir comment, par la suite, l’histoire allait évoluer avec l’intervention dans le récit de l’élément fantastique. Car une chance inouïe est donnée à Zoe: Après un choc, elle se réveille vingt ans plus tôt. Elle va revivre tous les moments cruciaux de sa relation avec Ed.

J’ai été ravie par le fait que Zoé accepte rapidement cette nouvelle réalité car je n’avais pas envie de la voir s’interroger sur les causes de ce phénomène. Je voulais en venir rapidement aux faits.

Ainsi, nous assistons à tous les stades de la romance entre Ed et elle. De leur rencontre à leur dernier jour, nous allons vivre vingt ans d’une belle histoire d’amour.

Je me suis demandée au départ quel était l’intérêt de vivre cela depuis le point de départ et après, la question ne s’est plus posée. J’étais trop prise par les évènements. La relation de Zoe et Ed ne s’est pas construite du jour au lendemain. Il n’y a pas eu de coup de foudre et ils ne sont pas tombés dans les bras l’un de l’autre tout de suite. Cela s’est fait doucement. Ils ont eu des hauts et des bas, ils se sont disputés, se sont perdus et retrouvés. Ils n’ont pas vécu un conte de fées. Pourtant, ce qui me marque, c’est la force de l’amour de Zoe pour Ed. Je suis impressionnée parce que tout ce dont à quoi elle aspire, c’est de réussir à sauver Ed même si pour cela, elle doit revivre les moments les plus douloureux de leur histoire.

Même si la fin est annoncée d’avance, on comprend progressivement le message que veut faire passer Clare Swatman. C’est l’ensemble des petits détails qui compte dans une relation. L’amour n’est pas une chose acquise. Il s’entretient. Il faut se battre pour ne pas le laisser se faire écraser par les soucis du quotidien. C’est une lutte incessante pour que l’autre n’oublie pas la puissance de notre flamme. C’est le ciment du couple mais c’est aussi un trésor qu’il nous appartient de chérir.

En nous projetant dans des jours particuliers, points de jonction dans la vie de Zoe et Ed, on se reconnait aisément dans leurs préoccupations car elles sont universelles. Les charnières d’un couple sont les mêmes pour tous: la rencontre, le moment où le couple se forme, l’emménagement, le mariage, les enfants… Je me suis beaucoup identifiée au personnage de Zoe car ce qu’elle ressent, ce qu’elle pense, je pouvais la comprendre. J’ai ressenti une empathie instantanée et continue pour elle.

Enfin, j’ai terminé les derniers chapitres avec la vision floue, aveuglée par les larmes qui ne voulaient pas me laisser tranquille. La fin du récit est prévisible mais elle n’en demeure pas moins très triste pour moi. C’est un drame qui nous permet d’en tirer des leçons essentielles et qui nous fait apprécier chaque instant passé avec les personnes qu’on aime, que ce soit la famille, les amis ou notre moitié.

Quelques jours de nos vies tient donc ses promesses. Il me fait penser dans son atmosphère à PS I love you de Cecelia Ahern et je le verrais bien adapté également…

C’est quoiqu’il en soit, une réussite certaine qui saura vous impliquer, vous faire réfléchir et vous faire grandir. Je le recommande aux âmes sensibles. Il changera votre façon de voir la vie.

Publicités