Les animaux fantastiques, le texte du film – J.K. Rowling

couverture

Synopsis :

Revivez le film écrit par J.K. Rowling avec le texte original de l’auteur: l’intégrale des dialogues, mais aussi l’action, le jeu des personnages, les descriptions des décors les mouvements de la caméra… Une aventure épique et fabuleuse, une grande histoire de magie et d’amitié.

Mon avis:

Je remercie les éditions Gallimard Jeunesse.

Quand j’ai ouvert ce roman, je m’attendais à trouver un texte dont la mise en forme ressemblerait à celle d’une pièce de théâtre. En fait, j’ai été surprise car ce n’est pas le cas. C’est différent. La seule chose que les deux ont en commun, ce sont les dialogues. Mis à part cela, tout ce qui l’entoure change. Pour commencer, les didascalies ne sont pas relatives aux dialogues mais aux scènes. Elles servent à décrire et nous aider à visualiser ce qu’il se passe devant nous, comme si nous assistions à un film doublé pour les malentendants à la télévision. Si vous en avez déjà vu, alors vous comprendrez de quoi je veux parler. Ensuite, celles qui servent à introduire les personnages s’en tiennent à cette fonction: elles n’indiquent le jeu que de manière sporadique. Résultat: on a vraiment l’impression de lire un film.

Entrons dans le vif du sujet: plusieurs personnages occupent le devant de la scène.

Norbert, le héros principal est un jeune homme assez gauche et timide. Malgré sa maladresse, il est un expert en animaux et sa vocation est de les faire connaître pour que les autres arrêtent de chasser ces pauvres bêtes injustement.

Il rencontre assez rapidement Jacob, un Moldu qui rêve d’ouvrir sa propre pâtisserie et qui se retrouve mêlé malgré lui aux histoires de Norbert. Contre toute attente, on sent qu’il deviendra ami avec Norbert.

Ensuite, nous avons Tina. Auror déchue de ses pouvoirs, elle paraît agressive et suscite même notre antipathie avant de nous émouvoir. Elle est agaçante car elle veut à tout prix retrouver son « badge » et elle ne pense pas forcément à tout mais elle est marrante quand elle est débordée. C’est là qu’on réalise que derrière le visage dur qu’elle veut arborer, elle est comme tout le monde et cherche à bien faire.

Concernant l’histoire, si je ne savais pas que cela se passe avant Harry Potter, honnêtement, je pourrais croire qu’elle se déroule même après, si on fait abstraction de quelques éléments. C’est assez perturbant car nous n’avons aucun repère déjà connu.

Dans le même temps, la description des scènes est telle qu’on retrouve bien cette magie, cette atmosphère qui nous a tant charmés. C’est littéralement comme si on y était. Comme si on assistait aux courses-poursuites effrénées auxquelles il ne manque plus que la musique de fond, comme si on assistait aux scènes de complots sinistres qui se trament dans l’ombre… L’image se forme devant nos yeux rien que par le pouvoir des mots. C’est incroyable!

C’est pour cela qu’on adhère vite à l’histoire. On est embarqué sans qu’on ne s’en aperçoive.

Cependant, je dois apporter un bémol tout de même: si, par malheur, vous vous avisez de quitter le monde des animaux fantastiques, il sera difficile de le reprendre. En effet, il faut un temps d’adaptation pour passer outre le format du texte qui empêche au premier abord, une synchronisation parfaite. En ce qui me concerne, j’ai eu du mal à ressentir de l’empathie pour les personnages car on n’apprend à les connaître que de façon superficielle, en fin de compte.

Ainsi, cet ouvrage m’a permis, pour moi qui n’ai même pas encore vu le film, de découvrir une histoire inédite dans laquelle j’ai plongé avec un ravissement sans fin. De plus, la magie a encore plus pris par l’implémentation du texte avec des dessins rappelant ces fameux animaux fantastiques qui parsèment l’histoire. J’ai donc maintenant hâte de voir l’action se dérouler en live et de pouvoir constater si les mots m’ont bien permis de la visualiser comme elle doit être.

logo