Saga Marked men, tome 5: Rowdy – Jay Crownover

couverture

Synopsis:

Après que la seule fille qu’il n’ait jamais aimé lui ait dit qu’il ne serait jamais assez bien pour elle, Rowdy quitte le Texas. Depuis, il souhaite juste profiter de la vie avec ses amis et refuse de prendre quoi que ce soit au sérieux, surtout quand il s’agit des filles.
Salem Cruz a grandi dans une maison où il y avait trop de règles et pas assez de joie. De son enfance, elle n’a qu’un seul bon souvenir, celui d’un gentil petit garçon aux yeux bleus qui habitait près de chez elle et qui était amoureux de sa petite sœur.
Aujourd’hui, alors que le destin et un vieil ami les ont réunis, Salem est déterminée à montrer à Rowdy qu’il avait choisi la mauvaise soeur. Tout fonctionnait parfaitement jusqu’à ce que la personne qui les liait par le passé refasse surface, menaçant de les séparer pour de bon.

Mon avis:

Je remercie les Editions Hugo et Cie pour m’avoir permis de découvrir ce roman.

J’avais très hâte de connaître l’histoire entre Rowdy et Salem, surtout au vu de l’entrée en matière de celle-ci dans Nash.

Ainsi, le premier chapitre de Rowdy s’ouvre sur le point de vue de Salem, ce qui, pour moi, constitue un départ judicieux car il m’a permis de ressentir de l’empathie pour elle. Immédiatement, j’ai été projetée dans le passé commun d’elle et Rowdy, me faisant le voir sous un nouveau jour. Je les ai compris, comme dirait un certain homme politique.

Salem et Rowdy se connaissent depuis qu’ils sont tout petits. Elle vient d’une famille très traditionnelle, renfermée sur sa culture mais Salem a toujours voulu être libre. Elle a toujours aspiré à plus que ce que souhaitait pour elle son père et c’est pourquoi, dès qu’elle a été majeure, elle s’est barrée pour ne jamais se retourner. Derrière elle, malheureusement, elle a laissé Rowdy et Poppy, sa petite soeur.

Je transformais tout en bataille, en combat pour la survie et c’était épuisant. Quand on se bat pour tout, les batailles que l’on mène pour ce qui compte vraiment se retrouvent noyées dans ce boucan et perdent leur sens.

Rowdy a grandi en famille d’accueil à la mort de sa mère. Inconsciemment, il a développé un complexe d’abandon et depuis, il enchaîne les aventures pour ne jamais s’attacher.

Quand ces deux-là se retrouvent, on sent littéralement cette connexion entre eux.

J’ai lu pas mal d’histoires dans ce genre. Ainsi, je citerais le tome de Brent dans la saga Sexy lawyers ou même le tome précédent, Nash. Or, celui-ci est complètement différent. De par l’ambiance, de par la nostalgie qui se dégage des héros. Ils regardent leurs souvenirs avec une sorte de mélancolie semblable à celle qu’on retrouve dans les romans de Nicholas Sparks. J’ai été complètement conquise. Ce tome dégage pour moi une douceur inédite que j’ai adorée.

En plus de cela, Salem et Rowdy ont un caractère bien trempé alors on prend plaisir à suivre leur valse. J’ai ri par moments. C’était comme retrouver une bande d’amis, la nôtre. Jay Crownover en profite pour introduire de nouveaux personnages que l’on devrait certainement retrouver dans la saga spinoff, Saints of Denver et pour induire des éléments de la trame d’Asa et de Royal. Décidément, j’ai vraiment très hâte de lire leur histoire. Je les adore ces deux-là!

Les autres héros de la saga ne sont pas en reste non plus car en nous faisant partager la vie de cette bande d’amis, l’auteure nous montre que pour eux aussi, la vie continue et suit son cours. Ainsi, de grands bouleversements s’annoncent. Comme les personnages, on voudrait que tout reste figé mais on est obligé d’accepter le changement, non sans moult émotions et larmes. J’ai donc été énormément émue par ce tome, peut-être encore plus que d’habitude car on sent que c’est bientôt la fin pour nos Marked Men. Snif…

Essayer de construire quelque chose avec eux, c’était comme traverser un pont branlant, sans rampe, et au-dessus d’un profond canyon.

Nous avons également d’autres thèmes développés ici, celui de la famille qui semble très cher à l’auteure et celui du cheminement de la vie. Elle partage avec nous sa conception des difficultés, comme quoi elles sont là pour nous aider à avancer, qu’il ne faut pas les voir comme des obstacles mais comme des étapes nécessaires. Elle nous apprend que la peur est une bonne chose, que c’est une alliée pour prendre ses décisions. Mais surtout, elle nous montre que les personnes auxquelles on tient peuvent être notre famille. C’est pourquoi il m’est toujours difficile de refermer les livres de cette saga; je n’ai pas envie de les quitter.

En conclusion, j’ai dévoré Rowdy avec une joie évidente. J’ai adoré retrouver nos Marked Men. D’ailleurs, j’adorerais trouver un calendrier en commerce avec nos héros! Ne me reste plus qu’à découvrir le happy end d’Asa qui le mérite bien et qui, j’en suis sûre, me fera bien rire!

Retrouvez mon avis sur :
– le tome 1: Rule.
– le tome 2: Jet.
– le tome 3: Rome.
– le tome 4: Nash.

Dans le même registre, retrouvez mon avis sur Sexy lawyers 3.

hugo

Publicités

11 réflexions sur “Saga Marked men, tome 5: Rowdy – Jay Crownover

  1. Pingback: Saga Marked men, tome 6: Asa – Jay Crownover | Le Sentier Des Mots

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s