[BD] Le train des orphelins, tome 1: Jim

couverture

Synopsis :

1990, dans sa résidence huppée de New-York, Harvey n’est pas surpris par la visite de Jim.
70 ans plus tôt, les deux hommes, alors de jeunes garçons, faisaient connaissance à bord d’un train des orphelins ; un système d’adoption mis en place pour endiguer le nombre massif, sur la côte Est américaine, d’enfants sans famille issus de l’émigration européenne.
Embarqués dans un étrange voyage, Jim et son petit frère expérimenteront la fraternité, l’amitié, la confiance, l’entraide, mais feront aussi les frais de la trahison de ceux qui feraient tout, faute d’être bien nés, pour être bien adoptés…

Mon avis:

Ayant beaucoup accroché au travail de collaboration entre Xavier Fourquemin et Philippe Charlot, il était évident que je me tournerais vers Le train des orphelins.

Se passant en 1990, nous assistons aux retrouvailles entre deux vieillards, Jim et Harvey et on comprend qu’il y a une histoire entre eux.

Flashback. Nous sommes en 1920.

Jim et son petit frère Joey ont été abandonnés avec leur petite soeur Anna et ils se retrouvent à bord d’un train avec d’autres enfants. Ce convoi est destiné à faire adopter ces enfants. C’est là qu’ils font la connaissance de Harvey.

Entre présent et passé, nous découvrons une histoire en plusieurs teintes et qui fait bien réfléchir sur la condition sociale des enfants. On compatit à leur sort. On est outré, révolté par certaines réactions des adultes. Par l’hypocrisie ambiante. Par ces gens qui croient s’acheter une conscience alors qu’ils sont tout simplement horribles. On est surtout en colère pour ces enfants qui perdent bien vite leur innocence et ne la retrouveront jamais.

Voilà une ambiance tristounette qui se dégage de ces planches. Cependant, elle contraste avec ces enfants, pleins de vie et d’espoir qui ne demandent qu’une chose: une famille à aimer et qui les aimerait. C’est exactement le genre de lectures que j’aime faire pendant l’hiver. Je trouve que la saison convient parfaitement pour s’immerger dans une atmosphère qui prête à la réflexion.

Ainsi, Jim soulève bien des questions. Il me tarde donc d’avoir la suite pour savoir ce qu’il advient des enfants. Encore une fois, je suis conquise.

Des mêmes auteurs et dessinateurs, retrouver mon avis sur :
Miss Endicott
La légende du Changeling

Publicités

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s