Things I should have known – Claire LaZebnik

Couverture

Synopsis (Traduction par moi. Sortie VO le 28 mars 2017):

C’est l’histoire de Chloe Mitchell qui s’est donné pour quête de trouver l’amour pour sa soeur autiste Ivy. Ethan, Ethan, un garçon de la classe d’Ivy, semble être parfait pour elle. Malheureusement, c’est le petit frère de David, un des camarades de classe de Chloe. Ils ne s’aiment pas beaucoup mais Chloe peut faire avec, surtout quand elle réalise qu’il est aussi protecteur avec avec son frère qu’elle l’est avec sa soeur. Très honnête et fraîchement drôle, c’est une histoire au sujet de la fraternité, de l’autisme et du premier amour. Chloe, Ivy, David, et Ethan, qui forment un cercle remarquable et adorable, voleront le coeur des lecteurs et nous rappellent que c’est okay d’être différemment normaux.

Mon avis:

Je remercie HMH Books for Young Readers pour leur confiance.

Cela fait un moment que je veux découvrir cette auteure alors je n’ai pas hésité devant ce titre.

L’histoire est racontée par Chloe. C’est la petite soeur d’Ivy mais les rôles sont inversés car Ivy est autiste. Détrompez-vous, Things I should have known n’est pas un drame. C’est plutôt une ode à l’amour fraternel car Chloe ferait tout pour le bonheur de sa soeur. Alors, c’est pour cela qu’elle se met en tête de lui trouver un chéri car elle souhaite qu’Ivy s’ouvre au monde.

Ce que j’ai aimé, c’est que l’auteure dit les choses simplement. Elle ne les enrobe pas dans un emballage bien pensant. Elle ose parler de sexe entre ados, elle ne le fait pas crûment mais ses héros sont des jeunes d’aujourd’hui, bien loin de Dawson’s creek. Ils ne sont pas niais, ils sont idiots parfois mais c’est une raison de plus de s’identifier à eux. J’ai donc beaucoup accroché aux personnages. J’ai adoré voir les relations fraternelles avoir tant de place dans ce roman car souvent, elles sont éclipsées au profit des romances; elles sont prises pour argent comptant.

Claire LaZebnik fait la part belle à la famille et ça fait du bien de lire ce genre de récits.

Dans le même temps, c’est une histoire à multiples ressorts. Nous avons une romance plausible qui nous convainc et fait craquer. Bien sûr, elle est prévisible mais j’ai adoré sa construction et sa mise en place. Ca a été un plaisir à suivre.

Ensuite, nous avons un processus d’apprentissage de soi, de découvertes, un peu à la manière d’Orgueil et Préjugés. D’ailleurs, le roman n’est pas exempt de références aux livres du genre et peut-être que cela a influé sur la construction de la relation entre David et Chloe. Toujours est-il que c’était génial.

Enfin, j’ai beaucoup souri devant les conversations de Chloe avec sa mère car dans tout autre contexte, « normal », cela serait surréel mais là, c’est vraiment drôle.

En conclusion, Things I should have known est une lecture feel-good. Je l’ai beaucoup aimée et elle m’a donné envie d’appeler ma soeur pour partager un moment de complicité.

Publicités