See what I have done – Sarah Schmidt

Couverture

Synopsis (Traduction par moi):

Lizzie Borden prit une hache,
Et frappa 40 fois sa mère.
Elle réalisa l’horreur de sa tâche,
Et frappa 41 fois son père.

L’a-t-elle vraiment fait? Le matin du 4 août 1892, Lizzie Borden appelle sa servante: quelqu’un a tué Père. Le meurtre brutal à la hache de Andrew et Abby Borden dans leur maison de Fall River laisse peu de preuves et beaucoup de questions. Alors que les voisins se demandent qui voudrait blesser un couple aussi respectable, ceux qui sont proches de la famille ont une histoire différente à raconter: un père colérique, une belle-mère méprisante et deux soeurs vieilles filles, avec un lien encore plus fort que le sang, assoiffées de liberté. A travers les perspectives présentées, les évènements de cette journée fatidique sont lentement dévoilés.

Mon avis:

Je remercie Grove Atlantic pour sa confiance.

Dès les premières pages du récit, j’ai été accrochée. Nous assistons à une scène où Lizzie appelle Bridget, la femme de chambre, pour l’informer que son père vient d’être tué et lui demande instamment d’aller chercher des secours. Cependant, quelque chose cloche. La manière dont c’est raconté nous donne l’impression que la réaction de Lizzie est fausse, qu’elle joue. Quelque part, une voix nous chuchote que cette Lizzie pourrait être une tueuse.

Et puis, la scène laisse place à des souvenirs par le biais de plusieurs points de vue.

D’abord, nous pénétrons dans le subconscient de Lizzie et d’Emma, sa soeur. Elles semblent être jalouses l’une de l’autre et en même temps, leur lien fraternel est démontré de façon très forte. Elles s’aiment et se détestent. C’est d’ailleurs assez perturbant de lire la façon dont elles se considèrent mutuellement, avec jalousie, avec mépris mais elles ont besoin l’une de l’autre.

C’est Bridget qui nous apprend le plus de choses. Grâce à elle, on découvre vraiment les coulisses de la famille Borden. Elle fait le récit d’une famille en apparence parfaite mais qui recèle des secrets, des noirceurs. Ce faisant, on dévore les pages. Cette plongée dans l’histoire des Borden et dans leurs souvenirs se fait facilement. L’immersion est totale. On a vraiment l’impression d’être dedans. Que les personnages n’ont plus rien à nous cacher.

Plus les chapitres défilent, plus les souvenirs affluent. Les secrets de famille se dévoilent. Petit à petit, on élabore des théories selon le personnage qui raconte. On a l’impression que Lizzie est la coupable et l’instant d’après, on pense que c’est l’oncle. Les faits, immuables, laissent place à des croyances qui varient. On ne peut jamais être sûr de rien. Car les personnages sont décrits de manière subjective par les autres, avec les sentiments qu’ils leur inspirent.

Ainsi, Lizzie, par exemple, nous apparaît comme un vrai monstre d’égoïsme, immature, maladivement jaloux. On a vraiment envie de croire qu’elle est une sociopathe car tous les faits présentés seraient dans l’ordre logique des choses. Cependant, d’autres faits nous prouvent que Lizzie n’est pas la seule dérangée de la famille. Toute la maisonnée l’est. A partir de là, comment une personne pourrait-elle donc grandir « normalement »?

Enfin, parce qu’il faut un dénouement, Sarah Schmidt nous en offre un qui nous satisfait dans le sens où elle a semé suffisamment d’indices pointant dans cette direction et qui de ce fait, ne nous surprend pas. Dans le même temps, elle imagine la manière dont la scène du meurtre s’est déroulée et qui conclut parfaitement le récit. Nous avons droit à une scène qui ferme l’histoire mais qui s’ouvre en même temps sur d’autres interrogations. J’ai donc passé un bon moment avec See what I have done. L’ambiance dégagée est vraiment oppressante. J’ai été captivée de bout en bout, incapable de me retenir pour en lire plus, toujours plus. L’auteure a vraiment su comment mettre en place des personnages hauts en couleurs qui sachent nous faire tout remettre en question. Ce fut donc une agréable lecture.

Publicités

6 réflexions sur “See what I have done – Sarah Schmidt

  1. Ce n’est pas inspiré d’une histoire vraie ? Il me semble d’avoir vu une série sur ce sujet avec Christina Richie dans le rôle principal.

    • Tiens, un petit nouveau! Bienvenue! Cette reconstitution est très bien faite. Si tu as l’occasion de la lire, n’hésite pas. Ca te donnera forcément envie d’enquêter toi même sur ce cas 🙂

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s