Confessions d’un ami imaginaire – Michelle Cuevas

couverture

Synopsis (Sortie française le 9 février 2017):

Depuis quelques temps, une gêne grandit dans l’esprit de Jacques Papier: il a l’impression que personne ne l’aime. A l’école, la maîtresse l’ignore quand il lève la main, personne ne lui passe le ballon et il faut même rappeler à ses parents de lui garder une place à table! Heureusement, il y a Fleur, sa soeur et meilleure amie, toujours à ses côtés. Un jour, Jacques apprend la terrible vérité: il est l’ami imaginaire de Fleur!

Mon avis:

Je remercie les Editions Nathan/Lire en Live pour leur confiance.

Confessions d’un ami imaginaire est un concentré de bonne humeur et de mignonnerie qui ravit même les plus grands.

Racontées du point de vue de Jacques Papier, nous suivons ses aventures alors qu’il réalise petit à petit qu’il est un ami imaginaire. On pourrait croire que cette révélation se fait sur le ton de la colère, celui que nous attendons en tant qu’adultes, mais elle est narrée sur un ton badin, presque nostalgique, celui de l’enfance.

Tout à tour petit garçon, puis teckel, ou encore dragon-hareng, son apparence varie en fonction des enfants qu’il accompagne mais son caractère reste immuable. Cependant, graduellement, il gagne en maturité.

En vérité, tout ce qu’on cherche dans la vie, c’est quelqu’un qui nous connaisse, qui sache aussi bien nous voir. Je ne parle pas de nos cheveux ni de nos habits, je veux dire quelqu’un qui nous voie tels que nous sommes. Nous avons tous envie de trouver la personne qui sache qui nous sommes vraiment, jusque dans nos plus petites bizarreries et qui nous comprend quand même.

Son récit me fait l’effet d’un conte car les drames l’effleurent sans laisser de dommages. Son existence précaire auprès de son ami réel, est connue de lui et de nous dès le départ mais chaque séparation, même si elle est triste, nous laisse un sentiment d’accomplissement.

Confessions d’un ami imaginaire nous montre les vertus de l’ami imaginaire et nous réconcilie, le temps de ses 188 pages, avec celui que nous avons tous eu. Il nous fait nous replonger avec délice dans les aventures de notre passé et on réalise à quel point on a grandi. On est devenu adulte; ce mot qui nous faisait si peur quand on avait dix ans.

Quelque part, ce roman me fait penser à certains films sur l’innocence de l’enfance. Je pense notamment à L’âge de raison avec Sophie Marceau qui raconte l’histoire d’une femme de quarante ans confrontée à elle-même lorsqu’elle avait sept ans.

Confessions d’un ami imaginaire est donc une pépite de douceur idéale à lire en ce moment pour se réchauffer le coeur.

lirenelive

Publicités

2 réflexions sur “Confessions d’un ami imaginaire – Michelle Cuevas

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s