Fata Morgana – Steven R. Boyett et Ken Mitchroney

Couverture

Synopsis (Traduction par moi):

Pendant la seconde guerre mondiale, le Capitaine Joe Farley et son équipage sont au milieu d’un bombardement au-dessus de l’Allemagne de l’Est quand tout part en vrille. Alors que les bombes sont encore en train de tomber et que les explosions fusent de toutes parts, le bombardier de 20 tonnes est frappé comme une poupée de chiffon et aspiré dans un autre monde. Se retrouvant dans un monde désolé en fin de vie, le Capitaine Farley navigue à travers un labyrinthe de trahisons et de questions alors que son bombardier devient l’objet de convoitises dans une guerre vieille de plusieurs siècles. L’équipage devra user de tous ses atouts et de son courage pour survivre.

Mon avis:

Je remercie pour Blackstone Publishing leur confiance.

J’ai commencé ce roman sans a priori. Je ne m’attendais pas à grand chose. J’espérais juste que le pitch ne soit pas trompeur et que j’aimerais l’histoire.

L’histoire se passe en 1943. Joe Farley et ses hommes se sont engagés dans l’armée de l’air des Etats-Unis et leur mission consiste à bombarder un coin d’Allemagne de l’Est.

Le récit est construit, là, de manière classique. Nous sommes projetés en plein dans l’action. Nous ressentons l’adrénaline qui s’empare d’eux alors qu’ils sont eux-mêmes canardés et que leur environnement chute littéralement. On sent que le temps presse, que la mort rôde.

A partir de cette première partie qui sera notre élément familier, l’intrigue glisse petit à petit dans autre chose. Cette autre chose se matérialise lorsque Joe et son équipage se retrouvent catapultés dans une sorte de monde parallèle qui n’a rien à envier au nôtre. Dans ce monde, la guerre a tellement fait rage qu’il ne reste plus qu’une poignée d’hommes tentant de survivre en se rationnant. La couche d’ozone a été gravement touchée, de telle sorte que la vie à la surface est impossible, à moins de vivre au centre des deux cratères se trouvant très bas sous terre. L’ambiance ici rappelle étrangement Mad Max.

Et pour des hommes qui, comme Joe, viennent de 1943, voir des femmes scientifiques ou seulement travailler est très étrange. Peut-être même plus étrange que le fait qu’ils ne savent pas où ils ont atterri.

A war of survival changes cultural priorities.

Les auteurs introduisent des pistes de réflexion auxquelles ont ne penserait pas. Ils nous montrent qu’une réalité et son interprétation sont subjectives. Que le fait qu’elle puisse être la bonne ou pas n’est pas gravé dans la pierre.

Même si la seconde partie tire vers la science-fiction, j’ai beaucoup apprécié de voir comment la société dans laquelle Joe et ses amis arrivent, est développée. A aucune moment, je n’ai eu l’impression qu’elle était exagérée. Même si elle ne vit dans de super conditions, elle parvient tout de même à tirer son épingle du jeu. Elle est plausible, réaliste. Elle est censée être dystopique mais en fait, elle me donne plutôt l’impression de juste faire ce qu’il faut pour continuer à vivre. Elle n’est pas si terrible que ça comparée à certains régimes actuels.

Enfin la dernière partie est celle qui m’a le plus émue.

Elle joue sur plusieurs registres car c’est là que l’action s’emballe. L’histoire accélère le tempo. Il n’y a plus de temps pour s’habituer au contexte car tout change. Tout est bouleversé. Action, trahisons, morts, rien n’est laissé au hasard pour faire battre notre coeur plus vite. Au milieu de tout ça, une romance parvient à éclore et c’est elle seule qui a réussi à me faire espérer que la fin soit celle que je voudrais.

Car nous avons là une fin ouverte à toutes les interprétations que vous voulez. C’est frustrant mais en même temps, elle est parfaite.

Fata Morgana est donc une historie atypique dans le sens où elle s’inscrit dans plusieurs genres. Nous y retrouvons des éléments de dystopie, de science-fiction, de guerre, de romance, d’action mais le résultat ne paraît pas brouillon. Au contraire. L’histoire est réussie.

Publicités

2 réflexions sur “Fata Morgana – Steven R. Boyett et Ken Mitchroney

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s