[BD] Spirou et Fantasio, intégrale 11: L’Ankou, Kodo le tyran, Des haricots partout

couverture

Synopsis :

Fournier succède à Franquin en 1969, et parvient à s’émanciper progressivement de l’influence du Maître. Il fait évoluer le personnage de Spirou, qu’il rend plus moderne en s’inspirant de l’actualité de l’époque (énergie nucléaire, trafic de drogue, etc.), ou en introduisant une dimension fantastique dans certaines aventures. Sans se départir du ton humoristique de la série, qu’il a même tendance à accentuer, il étoffe l’univers de Spirou et Fantasio avec des personnages pittoresques comme Itoh Kata ou Ororéa, que l’on retrouve dans « L’Ankou » en 1977. C’est d’ailleurs avec cet album, dont l’histoire se déroule dans sa chère Bretagne, sur fond de colloque de magiciens et de magouilles nucléaires, que commencent à se fissurer les relations de Fournier avec son éditeur. « Kodo le tyran » et « Des haricots partout », dont il campe l’intrigue dans un pays imaginaire, le Çatung, seront les dernières contributions de Fournier à la série Spirou et Fantasio.

Mon avis:

Quand vous lisez les noms de ces héros, vous replongez en enfance, hein?

En ce qui me concerne, il me semble que je n’en ai jamais lu. Si je me souviens bien, j’ai découvert ces petits journalistes en dessins animés à la télévision. Alors, c’est la première fois que je lis un Spirou avec cette intégrale qui reprend trois histoires.

La première met en scène une légende du folklore breton avec l’Ankou. Ce messager de la mort est ici vu comme un vrai personnage physique qui, pour des raisons personnelles, intervient dans l’actualité de la région. Avec l’implantation d’une centrale nucléaire, il a peur qu’on lui pique son travail alors il met tout en oeuvre pour saboter le travail des ingénieurs et politiques, allant jusqu’à aider les militants écologistes.

Les profanes des légendes bretonnes comme moi n’ont pas à craindre d’être perdus. En fait, ça sert surtout de prétexte et/ou de fond à une histoire rocambolesque qui fait sourire.

J’ai ainsi découvert que le personnage de Spip a ses propres bulles (et donc qu’il s’exprime de manière drôlement ironique) et ça conjugué à ses gestes m’ont fait rire un certain nombre de fois.

Ensuite, j’ai relevé des clins d’oeil, volontaires ou non à Boule et Bill avec une tortue dont on ignore si elle s’appelle Caroline mais qui est folle amoureuse de Spip. C’est quand même facile de faire le rapprochement entre les deux BD, n’est-ce pas?

Mais surtout, j’ai redécouvert les personnages de Spirou et de Fantasio.

J’ai pu concilier le caractère de Fantasio avec celui qu’il a dans les aventures de Gaston et donc, j’ai lu l’Ankou avec plusieurs attentes qui ont été satisfaites: me divertir mais surtout retrouver ce truc qui avait fait que j’avais tant aimé le dessin animé.

J’avais peur que la BD ait mal vieilli mais j’ai pu constater qu’elle est intemporelle. Elle reste toujours d’actualité et l’humour que le scénariste a insufflé m’a plue.

Il en a été de même avec Kodo le tyran.

En partant d’un quiproquo, Fournier dédramatise l’action. Elle devient bon enfant. En fait, en faisant cela, je me rends compte que les histoires peuvent être lues par tous les publics car finalement, on peut l’interpréter autrement selon notre âge. Quand on est jeune, c’est simplement divertissant mais quand on grandit, on a un regard critique sur des faits de société. On réalise que les histoires sont une vitrine sur le monde, qu’il nous appartient d’y réfléchir.

Ainsi, j’ai franchement aimé lire cette intégrale. J’y ai trouvé bien plus que ce que j’en attendais et donc, je ne m’arrêterai pas là.

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s