Trilogie Les mystères de Larispem, tome 1: Le sang jamais n’oublie – Lucie Pierrat Pajot

couverture

Synopsis:

1899. Dans cette cité-Etat indépendante où les bouchers constituent la caste forte d’un régime populiste, trois destins se croisent.
Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l’ombre d’une société secrète vient planer sur la ville. Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution?

Mon avis:

Je remercie les éditions Gallimard Jeunesse pour leur confiance.

J’avais déjà entendu parler de ce roman car il a gagné le même prix que Les fiancés de l’hiver, premier tome de la trilogie de la Passe-miroir de Christelle Dabos. Comme j’en ai une bonne opinion, je n’ai pas attendu longtemps avant de découvrir son successeur.

La première chose que j’ai remarquée avant tout, c’est sa couverture. Elle est très jolie. C’est un vrai plaisir visuel et tactile. Je ne m’en lasse pas. En plus, quelques illustrations émaillent le récit, ce qui rend la lecture d’autant plus fluide et permet une immersion plus aisée.

Plongeons au coeur de l’intrigue.

Nous sommes dans une société radicalement différente de la nôtre. Le petit peuple s’est soulevé contre l’aristocratie et le clergé et désormais, les trois ordres que nous connaissons ont été abolis et remplacés par deux castes: les bouchers et les autres.

Pourquoi les bouchers? Allez savoir mais pourquoi pas. Toujours est-il que j’apprends par la même occasion qu’ils ont leur langage propre qui, même s’il paraît compliqué au premier abord, reste facilement apprivoisable.

Nous suivons trois personnages.

Liberté est une citoyenne « simple ». Elle est douée pour la mécanique de l’horlogerie et la nuit, avec sa meilleure amie, Carmine, une bouchère, elle écume les anciennes demeures riches pour y récolter des objets qu’elle revend sous le coude. Leur rêve est de partir à Londres.

Nathanaël est un orphelin. Il ne sait rien de son passé mais rapidement, celui-ci va se rappeler à lui grâce à un drôle d’héritage.

A priori, ils évoluent tous dans des mondes différents mais l’Histoire est en marche et les rapproche inexorablement.

En les voyant vivre chacun de leur côté, leur quotidien n’est pas super intéressant mais bout à bout, ils se complètent. Ils forment un assemblage qui nous happe. Il faut dire que la manière d’écrire de l’auteure y est également pour quelque chose. Elle sait vraiment mettre en place une action captivante et une histoire originale qui ne manque pas de nous attirer inexorablement.

Bien que les héros soient quelconques et m’aient énervée – j’ai trouvé que Lib et Nath étaient nunuches, qu’ils avaient besoin de gagner en caractère – j’ai pris plaisir à les suivre. Ils permettent de donner une vision de l’intrigue et d’ouvrir des pistes de réflexion.

Je me demande où tout cela va nous mener car on se rend compte que l’Histoire se répète, comme toujours. Les inégalités dans la société existent toujours, mais sous une autre forme. Les personnes opèrent toujours des clivages entre elles. Une nouvelle révolution est en marche.

J’ai trouvé ce premier volume trop court tellement j’étais prise au jeu et je serais très curieuse de connaître la suite. Elle promet d’être intense.

logo

Publicités

2 réflexions sur “Trilogie Les mystères de Larispem, tome 1: Le sang jamais n’oublie – Lucie Pierrat Pajot

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s