Forteresse digitale – Dan Brown

couverture

Synopsis:

À la National Security Agency, l’incroyable se produit. TRANSLTR, le puissant ordinateur de décryptage, ne parvint pas à déchiffrer un nouveau code. Appelée à la rescousse, Susan Fletcher, la belle et brillante cryptanalyste en chef, comprend qu’une terrible menace pèse sur tous les échelons du pouvoir. La NSA est prise en otage par l’inventeur d’un cryptage inviolable qui, s’il était mis sur le marché, pulvériserait tout le système du renseignement américain !
Emportée dans un tourbillon de secrets et de faux-semblants, Susan se bat pour protéger son pays et sortir l’agence de ce piège. Bientôt trahie par tous, c’est sa propre vie qu’elle devra défendre ainsi que celle de l’homme qu’elle aime.

Mon avis:

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de Dan Brown et j’ai donc ouvert Forteresse digitale sans savoir de quoi ça parlait.

Je découvre donc l’auteur dans le simple thriller et cet exercice m’a subjuguée au point que j’étais incapable de le quitter.

L’histoire est racontée de deux points de vue, celui de Susan et de son petit-ami, Becker.

Susan travaille à la NSA. Au moment où l’histoire se passe, c’est une agence peu connue des Américains et quand elle l’est, elle ne suscite pas la sympathie des citoyens car elle est considérée comme intrusive et liberticide.

Becker est un professeur linguiste à l’Université. Il a déjà des airs de Robert Langdon et malgré lui, il se retrouve embarqué dans une machination complexe ourdie au sein même de la NSA.

Tout commence quand un ancien de la NSA clame avoir inventé une clé de cryptage inviolable. Pour la NSA, c’est le drame car cela signifierait qu’elle ne pourrait plus surveiller les mails suspects et que donc, elle ne pourrait plus aider à lutter contre le terrorisme.

Or, la clé de cryptage risque d’entrer dans de mauvaises mains car elle est mise aux enchères. C’est le début d’une course contre la montre car tous veulent cette clé.

J’ai été happé du début à la fin si bien que mon coeur battait la chamade. Les morts parsèment le récit et on a toujours peur pour nos héros et en particulier Becker qui a le don pour échapper à la mort sans le savoir. On suit leurs investigations; l’espace d’un moment, on se prend pour des détectives. Là où j’ai été le plus sur les nerfs, c’est à la fin car par je ne sais quel miracle, j’ai trouvé la solution de l’énigme avant les héros. La montre tournait et j’avais envie de leur hurler cette solution.

Bref, Dan Brown a su jouer avec mes nerfs, me faisant toujours douter de certains personnages à me faire me demander s’ils étaient gentils ou méchants.

Forteresse digitale est donc un bon page-turner divertissant et très agréable que je recommande.

10 réflexions sur “Forteresse digitale – Dan Brown

    • Comme je disais, il fait son office. Il est idéal quand on a envie de léger.
      Je ne pense pas que je me souviendrai encore de l’intrigue dans quelques années mais sur le moment, j’ai bien aimé

  1. Belle chronique, que je partage en tout point !
    J’ai aussi eu envie de crier la solution à nos héros, je n’avais jamais vu un tel truc pour faire monter la tension😉
    Je suis venu à Dan Brown par l’ésotérisme, mais je pense qu’au final c’est celui-ci que je préfère ; mais c’est peut-être aussi qu’en matière d’ésotérisme, j’ai trouvé bien mieux que lui. (Enfin il est bon quand même le collègue😉 )

      • Ben déjà le duo Giacometti/Ravenne
        (D’ailleurs Jacques Ravenne sera au livre sur la place samedi, je pas eu ma dédicace à Épinal, je l’aurais ce coup-ci !)
        Il y a Raymond Kouhry aussi.🙂

        • Giacometti et Ravenne, je connais déjà. Pour l’instant, je n’en ai lu qu’un d’eux donc je suis pas encore super accro.
          Raaah, c’est con, j’ai tous leurs livres mais en ebooks. Je me vois mal arriver au salon avec ma liseuse. Ca le fait pas pour faire dédicacer.
          Ca me fait penser qu’il faut que je regarde quel jour sont là les 2 auteurs que je veux voir absolument vu que mon régulier n’est pas là cette année (Vincent Villeminot – il est venu les 2 dernières années et à chaque fois, j’ai meme eu le droit de faire une photo avec🙂 )
          J’y vais pour Olivier Norek (ma dernière découverte en matière de policier) et Christelle Dabos. Et toi?

          • J’y vais surtout pour Ravenne justement et pour Lionel Behra principalement et puis j’irai toujours faire un coucou à Pierre Pevel même si je l’ai déjà vu à Épinal. Ma mission n’acheter qu’un seul livre ! Ça va pas être simple, je le sens😀

          • Oh, pour ça j’ai un secret. Je pars avec juste ce qu’il faut pour le livre que je veux. Comme ça même si je suis tentée, j’ai de toute façon pas de sous🙂 là, j’y vais avec deja mes livres a dédicacer. Et je pense pas acheter donc je prends pasde sous

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s