Dis moi si tu souris – Eric Lindstrom

Couverture

Synopsis:

Les règles:
Ne m’induisez pas en erreur. Jamais. Surtout en utilisant ma cécité. Particulièrement devant du monde.
Ne m’aidez pas sauf si je le demande. Sinon, vous ne ferez que me gêner.
Ne vous comportez pas de manière étrange. Excepté le fait que j’ai toujours les yeux fermés, je suis comme vous, seulement je suis plus intelligente.
Parker Grant n’a pas besoin d’une vision parfaite pour voir clair dans le jeu des gens. C’est pourquoi elle a inventé les Règles : ne la traitez pas différemment des autres, seulement parce qu’elle est aveugle, n’en profitez pas non plus. Il n’y aura pas de seconde chance. Demandez donc à Scott Kilpatrick, le garçon qui lui a brisé le cœur…
Quand Scott réapparaît soudainement après des années d’absence, Parker sait qu’il n’y a qu’une seule chose à faire : l’éviter à tout prix.

Mon avis:

Je remercie les Editions Nathan/Lire en Live pour ce partenariat.

Le résumé me plaisait moyennement mais quand même, il y avait un petit quelque chose qui me laissait penser que ce roman serait intéressant alors je n’ai pas attendu longtemps.

L’histoire nous est racontée par Parker. Malgré ses dehors cyniques, elle cache une grande souffrance. Elle a perdu en quelques années sa vue et ses deux parents l’un après l’autre. Désormais, elle vit avec sa tante et ses enfants.

J’ai été accrochée à l’histoire car malgré ce contexte, Parker est une fille forte. Elle pourrait s’effondrer mais elle choisit de ne pas s’autoapitoyer et d’affronter la vie. Elle va de l’avant ou du moins, elle fait tout pour et même si souvent, elle fonce dans le tas, elle se relève et apprend de ses erreurs.

Mais n’allez pas croire qu’elle est parfaite. Loin de là!

Son obstination lui joue de sacrés tours et mine de rien, elle est prompte à juger les gens et à les cataloguer. Ce qui fait que bien des fois, elle m’a agacée et j’ai beaucoup eu envie de la secouer.

Au-delà de cela, l’auteur traite le thème du handicap sous un angle surprenant. Il le fait avec un humour qui désarme et me conquiert en ce qui me concerne. On ne s’apitoie jamais sur Parker. En fait, on l’encourage dans ses délires. Elle n’aspira qu’à vivre et c’est une énorme bulle d’air!

De plus, l’amitié a une belle place dans ce roman. Qu’elle date de l’enfance ou qu’elle arrive sur le tard, Eric Lindstrom nous montre qu’elle est précieuse.

C’est une lecture réellement feel-good.

Ainsi, j’ai passé un très bon moment avec Parker et ses amis et je referme ce roman avec le sourire. Une réussite!

logo

2 réflexions sur “Dis moi si tu souris – Eric Lindstrom

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s