Surviving the angel of death – Eva Mozes Kor

couverture

Synopsis (Traduction par moi) :

Eva Mozes Kor n’avait que 10 ans quand elle est arrivée à Auschwitz. Pendant que ses parents et ses 2 grandes soeurs étaient emmenés dans les chambres à gaz, elle et sa soeur jumelle, Miriam, ont été escortées sous le joug de l’homme qu’on appelait l’ange de la mort, le Dr. Josef Mengele. Assujettis à des expérimentations médicales sadiques, elle a été forcée de se battre tous les jours pour sa survie et celle de sa soeur.

Mon avis:

Je remercie « Tanglewood » pour leur confiance.

Cette autobiographie a interpellé mon attention par son thème et les critiques que j’en ai lues.
Nous sommes plongés dans l’horreur des camps de concentration par le biais d’Eva. Celle-ci a la particularité d’y être avec sa soeur jumelle et tout le monde sait qu’elle était le sort des jumeaux dans ces camps de la mort. Ce livre n’a pas vocation à être pédagogique. L’intention de l’auteure est claire. Elle veut seulement raconter ce qu’elle a vécu, se libérer de ses démons.

Elle se moque de ce qu’on pense. Elle se moque d’être lue. Elle se concentre seulement sur ce qu’elle a pu ressentir ainsi que sa soeur pour survivre.

Au travers du récit de petite fille, âgée de onze ans au moment des faits, la guerre nous est montrée sans fard. L’impact est tout aussi fort qu’un récit romancé. Il n’y a pas besoin d’en faire des tonnes car la réalité suffit. Elle est assez horrible sans qu’il n’y ait besoin d’inventer quoi que ce soit.

De plus, il apprend des choses sur ce qui était pratiqué sur les jumeaux. Je savais de manière générale qu’ils subissaient des expériences mais j’ignorais le détail de celles-ci et je dois avouer que je ne m’étais pas spécialement penchée dessus.

Enfin, je ne peux qu’être admirative envers Eva Mozes Kor. On sent qu’elle a sacrément de caractère et que c’est probablement l’un des facteurs de sa survie et de celle de sa soeur.

En étant agrémenté de photos d’époque, on est frappé. On se souvient à quel point le récit a été réellement vécu. On sort de l’impression de fiction dans laquelle on baignait jusque-là. Ca devient concret, tangible tout à coup.

En conclusion, Surviving the angel of death est un récit à mettre à la portée de tous. Si vous voulez aborder ce sujet avec un enfant, c’est un très bon media car le récit est pudique sans rien cacher de la vérité.

Publicités

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s