Forgive me Leonard Peacock (Pardonne moi Leonard Peacock) – Matthew Quick

Couverture

Synopsis:

Je veux leur dire au revoir correctement.
Je veux qu’ils gardent un souvenir de moi.
Qu’ils sachent que je suis désolé d’avoir dû leur fausser compagnie.
Qu’ils ne sont pas responsables de ce qui va se passer… »
Aujourd’hui, Leonard Peacock a dix-huit ans.
C’est le jour qu’il a choisi pour tuer son ancien meilleur ami.
Ensuite, il se suicidera. Plus tard, peut-être, il se dira que c’est OK, voire important, d’être différent. Mais pas aujourd’hui.

Mon avis:

Quand j’ai commencé ce roman, je ne comprenais pas les sens de son titre. J’avais mal lu le résumé et pour moi, Leonard Peacock était la future victime. J’avais à la fois raison et tort.

Ce roman nous est narré du point de vue de Léonard.

Aujourd’hui est un jour spécial car il fête ses 18 ans. Or, c’est aussi le jour où il a décidé de se suicider. Pourquoi? Quel cheminement de pensées l’a amené à prendre cette décision fatidique?

Entre flashbacks et visions oniriques, c’est ce que nous allons tenter de comprendre.

Très vite, il apparaît qu’il cache un très lourd secret et que sa vie n’est pas folichonne. Cependant, l’auteur nous glisse de ci, de là des mots, des expressions pour montrer que malgré tout, Leonard n’est pas un cas perdu. En dépit de tout, il veut vivre.

Il n’attend qu’une chose, qu’on lui donne une raison de vivre, de se battre, de continuer à se dépatouiller dans ce qu’il vit.

You have no idea how many interesting people you’ll meet after high school’s over. Your life partner, your best friend, the most wonderful person you’ll ever know is sitting in some high school right now waiting to graduate and walk into your life – maybe even feeling all the same things you are, maybe even wondering about you, hoping you’re strong enough to make it to the future where you’ll meet.

Pour cela, Leonard a décidé d’offrir aux personnes les plus significatives pour lui quelque chose de précieux. Il semble se démunir de ses trésors mais en même temps, c’est un appel au secours. J’ai peur de ne pas trouver les mots justes pour dire à quel point ce roman est fort, à quel point il sonne juste.

Forgive me Leonard Peacock raconte avec justesse le mal de vivre adolescent, la détresse qu’on peut ressentir à ce moment-là parce qu’on se sent seul et différent.

Matthew Quick nous enseigne que les moules sont un frein au bonheur et qu’il ne faut donc pas chercher à s’y conformer.

Leonard est en marge avec la société parce qu’il réfléchit différemment des autres. Il paraît bizarre aux yeux de ses camarades alors qu’il cherche seulement à se fondre dans le décor. Il cherche un espoir. Celui qui lui ferait croire que tout finit par s’arranger, que sa souffrance actuelle vaut le coup pour ce qui arrivera derrière. Il cherche le beau temps alors qu’il subit une véritable tempête.

J’ai particulièrement été émue par les lettres qu’il s’écrit, comme si elles lui avaient été envoyées du futur. Elles sont porteuses d’espoir et d’une certaine irréalité. Leur contenu peut être oublié mais elles m’ont laissé une impression de bonheur, d’onirisme. Même si elles sont inventées, elles ouvrent une voie royale à l’espoir, qui est le moteur de cette histoire. Elles font office de thérapie et appuient les propos de Herr Silvermann.

J’ai été surprise par le grand secret de Léonard car malgré le faisceau d’indices, j’avais une théorie et elle tombait juste à côté de la plaque. J’y étais presque!
Avec ce roman, l’auteur aborde donc des thèmes difficiles qu’il traite avec brio. Il parvient à ne pas tomber dans le pathos et à nous faire nous attacher à Léonard alors qu’à première vue, en lisant le résumé, on aurait envie de le détester.

Au final, l’auteur nous laisse avec une fin ouverte. C’est frustrant et en même temps, cela rappelle que vivre est un combat de tous les jours.

Magistral.

10 réflexions sur “Forgive me Leonard Peacock (Pardonne moi Leonard Peacock) – Matthew Quick

  1. Eh bien, j’ai vu passé souvent ce titre et ne m’y suis jusqu’à présent pas arrêtée. Mais ce soir, j’ai bien fait d’aller sur ton suivi LA qui m’a conduit jusqu’à ton blog parce que je découvre une histoire qui me paraît intéressante, intrigante. Je note! Merci🙂

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s