Trente six chandelles – Marie Sabine Roger

36

Synopsis:

Allongé dans son lit en costume noir, ce matin du 15 février, Mortimer Decime attend son anniversaire : il aura 36 ans à 11 heures du matin. Il attend plutôt sa mort, car depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés le jour de leur 36e anniversaire. Malédiction familiale. Mais le sort lui joue un drôle de tour. Car ce 15 février à 11h, Mortimer ne meurt pas.

Mon avis:

Je remercie les Editions du Rouergue pour ce partenariat lu dans le cadre des matches littéraires de la rentrée Priceminister.

L’histoire commence alors que le narrateur, Morty, s’apprête à mourir. Nous sommes le 15 févriver et il va être onze heures.

Raconté à la manière d’un conte, ce récit nous balade entre passé et présent et nous montre comment Morty en est arrivé à la conviction qu’il va mourir le jour de ses 36 ans. Il faut dire qu’en remontant très loin dans sa généalogie, tous les hommes de sa famille sont morts lors de leur 36ème anniversaire à onze heures!

Mais voilà que la mort l’oublie!

Entrent en scène Paquita et Nassardine, les meilleurs amis de Morty. Ce couple pourrait être ses parents et le traitent comme leur fils. Il nous sert aussi d’intermédiaire pour connaître le passé de Morty et nous éclaire sur sa personnalité. Mais surtout, individuellement, Paquita et Nassardine sont attachants comme tout.

Paquita est le prototype de la mama énergique et protectrice. Vous allez mal? Avec elle, il suffit de se poser pour qu’elle vous serve une bonne crêpe.

Nassardine est taciturne mais il vous incite à vous confier.

Morty se veut blasé et cynique mais il se révèle en fait assoiffé de vivre. Il ne le savait pas lui-même mais il est loin de désirer la mort. Au contraire.

Dans ce conte attendrissant, Marie-Sabine Roger dresse le portrait d’une société qui ne sait plus comment vivre ni apprécier la vie. Elle nous montre à quel point la vie est précieuse et réserve toujours des moments en apparence simples et anodins mais qui bouleversent à jamais pour peu qu’on les partage avec des personnes qu’on aime.

Les secrets de famille sont de noires araignées qui tissent autour de nous une toile collante. Plus le temps passe, plus on est ligoté, bâillonné, serré dans une gangue. Incapable de bouger, de parler. D’exister.

Margaux Fragoso l’avait déjà prouvé dans son autobiographie Tigre, tigre mais cette leçon nous est encore une fois rappelée. Comment est-il possible de se construire alors que les fondations sont faussées?

Trente-six chandelles est un bel hymne à la vie. Quand vous le fermez, vous avez des envies de voyages, de découvertes, de nouvelles expériences.

Il se lit d’une traite et avec bonheur. J’ai adoré la plume de l’auteure; c’est simple et efficace. Les mots vont droit au coeur.

C’est un récit que je relirai avec plaisir.

Il lui manque cependant quelque chose pour que ce soit un coup de coeur total mais j’ai été indubitablement charmée. A comparer, je rapprocherais ce roman d’un Mathieu Malzias et en film, il serait dans la même veine que Big Fish de Tim Burton.

Ma note: 17/20

rouergue logo

matches logo

Publicités

10 réflexions sur “Trente six chandelles – Marie Sabine Roger

    • A priori, je ne lis pas bcp d’auteurs français contemporains mais j’en découvre de plus en plus et je réalise que je passe à côté de pépites. Je suis bien contente de ne pas avoir raté celle-là 🙂

  1. Tachas m’en a parlé l’autre jour et c’est vrai, qu’il avait l’air sympa ! L’idée est vraiment originale ! Je pense qu’il va rentrer dans ma liste d’envie 😉

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s