[BD] Pandora Box, tome 1: Chroniques d’un monde en crise

pandora

Synopsis:

Vache folle, armes bactériologiques, spéculation boursière, intelligence artificielle, clonage humain, dopage, réalité virtuelle… Autant de thèmes très actuels qu’Alcante décline au fil de scénarios implacables, trop près des enjeux contemporains pour ne pas faire froid dans le dos. Un regard sans concession, mais non sans espoir sur le monde d’aujourd’hui.

Mon avis:

J’ai découvert Pandora Box grâce à Alpha Man et par son titre qui faisait clairement référence à la mythologie gréco-romaine, j’étais curieuse de savoir de quoi ça traitait.

Ce recueil de courtes nouvelles version BD aborde plusieurs thèmes d’actualité.

A priori, les nouvelles nous situent donc dans un contexte de science-fiction, impression appuyée par l’intervention d’un personnage, toujours le même dans chacune des histoires. Or, même s’il y a bien une part de magie dans ces récits, ceux-ci nous interpellent par leur réalisme.

En effet, on se rend compte qu’ils pourraient très bien se dérouler en vrai, notamment l’histoire concernant la mutation de la maladie de la vache folle.

Quand vous refermez ce livre, vous avez au final un ressenti étrange: vous avez l’impression d’émerger d’un brouillard où la fiction et la réalité se confondent.
Vous vous dites: « wouah, elle est pas mal cette BD » tout en la trouvant sombre.

Sombre comment, me demandez-vous.

Eh bien, prenons par exemple le film Requiem for a dream.

Chroniques d’un monde en crise et lui ont en commun, la vision du monde qu’ils en donnent: l’homme comporte sa part d’ombre, une dualité qui le différencie des animaux et qui lui permet quelque chose, le choix. Par ses choix, l’homme influe sur sa vie et sur celle des autres.
C’est parce qu’il peut décider d’une direction que l’histoire s’en trouve modifiée.

Or, là où la BD et le film divergent, c’est dans la notion d’espoir.

Le film est résolument sombre, pessimiste et se termine mal tandis que les histoires qui émaillent ce recueil comportent une petite lumière tout de même.

Chacune d’elle porte sur un des péchés capitaux mais tandis que les illustrations de ces péchés, par l’intermédiaire des mythes, se terminent toujours mal, les récits narrés ici présentent la caractéristique de diverger. Que ce soit par le fait du héros ou contre son gré, ils se heurtent au destin comme ils le réalisent et on ne sait pas où l’auteur se situe. Est-ce qu’il croit au libre-arbitre ou bien au destin?

Mais parlons des personnages mis en situation.

Ils sont comme vous et moi et ont les mêmes préoccupations que nous. Qu’ils soient hommes politiques ou bien médecins ou encore concepteurs de jeux vidéos, ils n’ont pas de super pouvoirs et sont faillibles. C’est justement ce dernier trait qui rend notre empathie possible.

Les traits de crayons nous font penser à ceux de Largo Winch et enfin, le tout se lit avec une fluidité sans pareil.

En conclusion, ce premier volume m’a mise en appétit pour la suite et j’aimerais vraiment la découvrir. J’ai notamment apprécié le réalisme des histoires et la note d’optimisme qui y est apportée. Car là où Requiem for a dream m’a choquée et déprimée, cette BD encourage la réflexion.

Publicités

10 réflexions sur “[BD] Pandora Box, tome 1: Chroniques d’un monde en crise

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s