La liste de mes envies – Grégoire Delacourt

Delacourt

Synopsis:

Les femmes pressentent toujours ces choses-là. Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu’elle peut désormais s’offrir tout ce qu’elle veut, elle se pose la question : n’y a-t-il pas beaucoup plus à perdre ? Grégoire Delacourt déroule ici une histoire forte d’amour et de hasard. Une histoire lumineuse aussi, qui nous invite à revisiter la liste de nos envies.

Mon avis:

N’étant pas une grande fan des romans contemporains français, à vrai dire, ce n’est pas du tout le genre que j’achète, exception faite pour Mathieu Malzias qui m’enchante à chaque parution, j’ai été néanmoins interpellée par ce roman à cause de son résumé et comme j’avais envie de lire quelque chose de léger, je me suis dis « pourquoi pas? »

Autant vous dire que ce n’est pas un roman léger mais alors, pas du tout. Wouah.

L’héroine, Jocelyne a une quarantaine d’années. Son âge n’est pas clairement donné mais le faisceau d’indices donnés converge dans ce sens.

Assez boulotte, elle sait qu’elle n’est pas ce qu’on appelle un canon et pourtant, elle nous émeut. Jocelyne n’est peut-être pas une femme d’affaires à succès plus intelligente que la moyenne mais elle voit le monde avec une lucidité désarmante.

Au début du livre, il y a un chapitre que j’ai trouvé parfait pour décrire la manière de voir les choses de notre héroïne. C’est le moment après le bain. Elle se contemple dans le miroir en acceptant ses défauts et les parties d’elle qu’elle aime. Elle n’attend rien, accepte ce qu’elle voit tout simplement et à ce moment-là, elle se trouve belle.

Ce n’est pas un effet de vanité ou quoi que ce soit mais ce passage m’a bouleversée car il montre déjà quelque chose qui nous manque à tous: la pure acceptation. En effet, est-ce que vous pouvez vous vanter de ne rien vouloir changer chez vous lorsque vous vous regardez dans un miroir?

Ensuite, l’histoire: quand j’ai refermé ce roman, la première chose que j’en ai dite, c’est: « l’intrigue est réaliste. Elle me fait déprimer car elle énonce des vérités sans les enjoliver, telles qu’elles sont et quelquefois, même si on en a conscience, une part de nous voudrait tout de même conserver sa part de rêves. C’est triste et en même temps c’est une belle histoire ».

Jocelyne est une de ces personnes à qui il arrive les choses les plus improbables. Chance ou malheur?

Par exemple, son mari s’appelle Jocelyn. Combien il y a de chances que ça arrive?

L’auteur nous fait énormément réfléchir, ce qui surprend quand on s’attend à un livre léger. Cependant, ses pistes nous mènent à une espèce de révélation. On dit toujours que l’argent n’achète pas le bonheur mais quelle est la clé du bonheur justement?

Je possédais ce que l’argent ne pouvait pas acheter mais juste détruire. Le bonheur. Mon bonheur en tout cas. Le mien. Avec ses défauts. Ses banalités. Ses petitesses. Mais le mien. Immense. Flamboyant. Unique.

Trois lignes. C’est avec ces trois lignes que Grégoire Delacourt nous fait prendre conscience que le bonheur est une notion subjective. Que pour le trouver, il suffit seulement d’apprécier ce que l’on a déjà et de continuer à désirer ce qu’on a.

Au final, cette lecture a été un régal. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me touche autant mais c’est une très bonne et belle surprise que je recommande !

Publicités

18 réflexions sur “La liste de mes envies – Grégoire Delacourt

  1. Ce petit livre m’attend sagement dans ma pal…reste à trouver un petit peu de temps à lui consacrer !

  2. Lu il y a quelques mois, je dois bien avouer que je ne me souviens pas de ce que j’en ai pensé sur le moment même. Mais avec le recul, j’ai beaucoup aimé le message que ce roman délivre (mais je crois que la forme m’avait posé quelques soucis), il ouvre les yeux sur beaucoup de choses 🙂

    • Oui, le message est passé tout de suite avec moi car j ai reconnu quelques similitudes par rapport a ce que j ai vécu avant mais même a terme, quand le temps passe, on y pense encore

  3. Il me fait bien envie, mais tout comme toi, je n’apprécie pas forcément les romans contemporains français (en revanche, j’adore les auteurs nordiques, ils ont un charme particulier). Tu me donnes encore plus envie de me lancer !

    PS. Mathias Malzieu… J’adore ses romans !

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s