Trilogie The testing, tome 1: The testing (L’élite) – Joelle Charbonneau

couverture

Synopsis:

La Terre ne ressemble plus à la planète sur laquelle nous vivons. Les Sept Guerres en ont détruit la quasi-totalité et les hommes essaient de la reconstruire. C’est dans cet environnement que vit Cia et sa famille. A 16 ans, la majorité des adolescents doit trouver un travail. Les autres, l’Elite, sont choisis pour le Test. L’épreuve suprême. Un test ultime qui promet l’entrée à l’université pour les gagnants. Ou plutôt pour les survivants… Cia a été choisie. Et elle va rapidement comprendre qu’elle ne peut faire confiance à personne.

Mon avis:

C’est en lisant le synopsis du roman que j’ai su que je le voulais et je dois dire que j’étais très impatiente de le découvrir.

Tout d’abord, la couverture m’avait déjà convaincue et même si la française est très jolie, je suis ravie d’avoir la vo car elle m’a tapé dans l’oeil.

L’histoire nous est contée du point de vue de Malencia – Cia – et prend le contrepied des dystopies habituelles en nous présentant le monde comme s’il était normal.

En effet, dans cette intrigue, être sélectionné pour le Test est un honneur que très peu de jeunes connaissent et il est présenté de telle manière à ce que tout le monde croit que ceux qui ont été élus pour le passer seront appelés, plus tard, à avoir un rôle important dans leur société. Passer le Test, c’est comme passer l’examen de l’Ecole Nationale de la Magistrature. C’est un prestige. Quelque chose que tous les jeunes convoitent.

Sauf qu’ils ne savent pas ce qui les attend lors de ce Test. C’est sur ce point que j’ai trouvé que le twist était intéressant car l’auteure instaure un jeu de rideaux et de doubles rideaux qui fait qu’on attend tout le long de l’histoire qu’elle gagne en intensité dramatique.

Cia est une jeune fille très intelligente qui a l’avantage d’avoir été prévenue par son père qui a lui-même passé le Test lorsqu’il était jeune. Celui-ci, malgré les lavages de cerveau qu’il a subis pour oublier en quoi consistaient ce Test, a des réminiscences, des cauchemars qui le hantent et c’est grâce à eux qu’il met Cia en garde contre ce qu’elle va vivre.

Elle se révèle pleine de ressources et elle est observatrice de ce qu’il se passe autour d’elle. Pourtant, elle est aussi perdue que nous par rapport à l’histoire et ce qu’il va arriver mais ses réactions et sa manière de penser m’ont énormément plue. Elle a une maturité et une lucidité qui détonnent par rapport aux héroïnes du genre. Elle sait ce qu’elle fait au moment où elle le fait et elle a un bon jugement sur les personnes qui l’entourent de manière générale. Ce que j’ai vraiment aimé.

Cia n’est pas seule dans son aventure. Elle a été sélectionnée avec trois autres jeunes de sa colonie.

Tomas est la personne la plus intelligente de la classe de Cia. C’est donc naturellement qu’il a été sélectionné avec elle. Il paraît parfait à tous points de vue: il est gentil, attentionné, doux… Mais personnellement, je me suis maintes fois demandé s’il pouvait s’en sortir sans Cia. Il m’a donné l’impression qu’il serait perdu sans elle. Il est intelligent, oui, mais je ne sais pas s’il a vraiment de la jugeotte. En tout cas, assez pour savoir qu’il faut s’appuyer sur elle et sur son jugement.

Curieusement, même si on ne le voit pas beaucoup dans ce tome, j’ai nettement plus préféré Michal. C’est un personnage ambigu mais je décèle chez lui un fort potentiel. Surtout pour la suite. Pourtant, on ne le voit qu’au début et qu’à la fin du livre alors que Tomas est présent tout le long des aventures de Cia.

Autre personnage: Will. J’ai trouvé que Joelle Charbonneau met en place des personnages criants de vérité tellement ils sont complexes et Will ne fait pas exception. Il m’a surprise et les rebondissements liés à lui m’ont totalement prise de court. Je n’ai rien vu venir!

L’histoire peut paraître banale mais j’ai véritablement retrouvé ici l’ambiance qui m’avait tant charmée avec Hunger Games. Du suspense, du thriller… Tout y est pour qu’on soit sur le qui-vive à la lecture du roman. A un moment, je me suis même demandée si je n’étais pas en train de devenir paranoïaque vis-à-vis de certains personnages.

Au final, L’Elite est une lecture addictive. Bien qu’en général, on retrouve des éléments typiques des dystopies (un gouvernement tyrannique qui n’hésite pas à tuer pour parvenir à ses fins, des rebelles qui vivent en marge de la société, une romance naissante…), j’ai été tellement happée par les aventures de Cia que je ne pouvais pas lâcher le livre. J’ai adoré comment l’auteure agence les faits et les comportements des personnages!

C’est donc un coup de coeur!

Publicités

14 réflexions sur “Trilogie The testing, tome 1: The testing (L’élite) – Joelle Charbonneau

  1. Pingback: Trilogie The testing, tome 3: Graduation day (Dernière épreuve) – Joelle Charbonneau | Le Sentier Des Mots

  2. Pingback: Trilogie The testing, tome 2: Independent study (Sous surveillance) – Joelle Charbonneau | Le Sentier Des Mots

  3. J’étais en train de penser, avant d’arriver à l’avant dernier paragraphe que ça ressemblait énormément à Hunger Games tout ça (que je n’ai pas lu mais dont j’ai apprécié les films). Une adaptation de plus ?
    Mais pourquoi pas, après tout, tu sembles très convaincue 🙂

    • Oui, je suis plus que convaincue. L’histoire ne ressemble pas du tout à celle de Hunger Games mais on retrouve exactement les mêmes sensations et la même atmosphère que dedans. Je trouce que ça donne un coup de peps aux dystopies que j’ai lues jusqu’à présent. Ca ravive mon intérêt encore plus pour ce genre

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s