Nos étoiles contraires – John Green

EtoilesContraires

Synopsis:

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu’elle s’y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d’autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature.
Entre les deux adolescents, l’attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Mon avis:

Cela faisait énormément de temps que j’avais envie de découvrir ce récit et à l’occasion de la sortie prochaine de son adaptation, il était plus que temps que je le fasse et… comment ai-je fait pour ne pas lire Nos étoiles contraires plus tôt?

L’histoire est racontée par Hazel. Son humour caustique et sa lucidité m’ont séduite d’emblée. Mais après tout, comment pourrais-je ne pas l’aimer? Les gens qui me connaissent savent pourquoi je me suis immédiatement reconnue en elle.

Hazel est une adolescente qui a grandi trop vite mais qui a toutefois gardé une certaine fraîcheur et qui sait rire de tout. C’est donc tout naturellement que lorsqu’elle rencontre Augustus – Gus – leurs personnalités décalées qui ne se prennent pas au sérieux s’assemblent à la perfection.

Elle ne se fait aucune illusion et semble terre-à-terre au point de passer pour défaitiste mais elle se protège ainsi. Par l’intermédiaire de sa fixation sur le destin des personnages secondaires de son livre préféré, on réalise qu’elle est plus qu’inquiète quant à l’avenir de ses parents sans elle.

J’ai l’impression d’être une grenade, maman. Je suis une grenade dégoupillée et, à un moment donné, je vais exploser. Alors j’aimerais autant limiter le nombre de victimes, OK?

Gus, à côté de Hazel, me donne l’air d’être un artiste. Il voit au plus profond des personnes et les comprend instinctivement. Il aime manier la provocation et jette les clichés en l’air tout donnant un sens à tout. Il voit véritablement.

Tant qu’on ne l’allume pas, la cigarette ne tue pas. Et je n’en ai jamais allumé une seule de ma vie. C’est une sorte de métaphore. Tu glisses le truc qui tue entre tes lèves mais tu ne lui donnes pas le pouvoir de te tuer.

Plus je tournais les pages, plus, sans savoir pourquoi, j’avais une furieuse envie de pleurer. La couverture décrit le livre comme « poignant et lumineux ». C’est tout à fait ça. Nous voyons Hazel et Gus se lancer dans une aventure extraordinaire et ils sont tellement pleins de vie, tellement « solaires » que le fait de savoir à l’avance que la fin est triste (je n’ai pas pu échapper à ce qu’en disent globalement les blogueuses mais sans vouloir savoir en quoi) rend l’histoire d’autant plus touchante et émouvante.

On n’est jamais sauvés que provisoirement. Je leur ai fait gagner une minute. Mais c’est peut-être la minute qui leur fera gagner une heure, qui se trouve être l’heure qui leur fera gagner une année. Personne ne leur fera gagner l’éternité, Hazel Grace, mais ma vie leur a fait gagner une minute. Et ce n’est pas rien.

On vit leur périple à cent à l’heure, comme si c’était le dernier car quelque part, on a cette impression confuse que c’est le cas. Ce qui ajoute encore plus à la tension qui nous habite.

L’histoire d’amour d’Hazel et Gus est brève mais intense à un point qui fait obligatoirement rêver. Elle n’est pas ordinaire de par la condition de nos deux héros. Elle pourrait donc être une étape, quelque chose qu’on surmontera mais elle est si spéciale qu’elle marque à jamais.

Je suis amoureux de toi et je sais que l’amour n’est qu’un cri dans le vide, que l’oubli est inévitable, que nous sommes tous condamnés, qu’un jour viendra où tout ce qu’on a fait retournera à la poussière, je sais aussi que le soleil avalera la seule terre que nous aurons jamais et je suis amoureux de toi.

La psychologie des personnages est telle qu’on a véritablement l’impression de les voir évoluer devant nous. J’ai d’ailleurs hâte de voir ce que l’adaptation donnera. J’espère vraiment y retrouver ce truc qui a fait que j’ai eu un énorme coup de coeur pour ce roman. J’ai ri avec les personnages, j’ai ressenti leur compassion pour Isaac, leur ami bientôt aveugle qui se fait jeter à la veille de son opération. J’ai ressenti leur indignation vis-à-vis de Monica, la fille qui a largué Isaac et j’ai été à cent pour cent derrière eux lorsqu’ils vengent Isaac, occasionnant par la même une scène surréaliste, pleine de rires et en même temps sublime car elle sera à jamais figée. C’est un de ces instants emplis de joie de vivre dont on ne peut pas se souvenir sans éprouver une pointe de nostalgie.

Le truc avec la souffrance, c’est qu’elle exige d’être ressentie.

Alors que toute la première partie du livre me faisait croire à une certaine fin concernant un personnage (je ne vous dirai pas qui), l’auteur retourne la situation et à partir de là, tout s’enchaîne. Vous êtes impuissant. Vous dévorez les pages tout en ressentant un chagrin qui, vous le savez d’avance, va vous dévaster.

Vous penseriez qu’en refermant le roman, vous avez les larmes aux yeux.

C’est faux. C’est un torrent de larmes qui s’écoule et vous ne le réalisez que maintenant. Quand a-t-il commencé? Pourquoi? Aucune idée mais quand vous y réfléchissez, vous vous rendez compte que ça fait plusieurs chapitres que vous ne vous contrôliez plus.

Vous retournez en arrière. Oui, c’est bien ça. C’est depuis le chapitre 20 que vous avez lâché les vannes.

Il existe des nombres infinis entre 0 et 1. Il y a par exemple 0,1 et 0,12 et 0,112 et toute une ribambelle d’autres nombres infinis. Evidemment, l’ensemble de nombres infinis compris entre 0 et 2 ou 0 et 1 000 000 est beaucoup plus important que celui compris entre 0 et 1. Certains infinis sont plus vastes que d’autres. Il y a des jours, beaucoup de jours où j’enrage d’avoir un ensemble de nombre infinis aussi réduit. Mais mon amour […], tu m’as offert une éternité dans un nombre de jours limités.

J’ai bien conscience que ce roman est triste. C’est même la raison pour laquelle plusieurs personnes que je connais ne veulent pas le lire. Mais j’aimerais tellement arriver à les faire changer d’avis.

Car oui, c’est triste mais quand vous repensez à l’ensemble de ce récit, ce qui en ressort, c’est une rage de vivre, de profiter de chaque instant, de nos nombres infinis.

Oui, on est triste mais en même temps, on ne peut pas se laisser abattre ou enfoncer dans la déprime. C’est une ode à la vie, un hymne flamboyance qui nous encourage à vivre parce que

la vie est belle.

Publicités

48 réflexions sur “Nos étoiles contraires – John Green

  1. Pingback: Sans prévenir – Matthew Crow | Le Sentier Des Mots

  2. Pingback: Looking for Alaska (Qui es tu Alaska?) – John Green | Le Sentier Des Mots

  3. Plus les gens en parlent et plus j’ai envie de le lire, cet été, je sais ce que j’ai à faire 😀 ça et les livres fleurs bleus de Sarah Dessen, je sens que ça va être cool ! Je découvre à peine ton blog mais j’adore ce que tu fais 🙂 je vais continuer à te lire, et m’abonner, tu le mérites ! 😀
    Pour revenir aux bouquins, dans le style, j’ai lu Je veux vivre, de Jenny Dowhnam, je sais pas si tu connais. C’est vachement plus pieds sur terre et … un peu pesant je dois l’avouer, mais il est vachement beau je trouve 🙂
    Tu l’as peut être dis sans que je l’aie lu mais, tu as une page booknode ? 🙂

    • Bienvenue sur mon blog, merci pour tes compliments. Ca me fait hyper plaisir que ça te plaise 🙂

      Pour Je veux vivre, je l’ai lu à sa sortie mais je n’ai pas été touchée. L’héroine m’a énervée et finalement, il n’y a que la fin qui m’a touchée.
      Dans un registre semblable, j’avais adoré « Le ciel est partout » de Jandy Nelson et « 13 raisons » de JAy Asher.
      Ils font pleurer et touchent énormement mais en plus, ils donnent juste la rage de vivre 🙂

      Je n’ai pas de page booknode mais je suis sur Livraddict. J’évite d’etre présente sur plusieurs sites en meme temps car je finis par ne pls rien suivre et par perdre la motivation de me connecter donc je préfère rester sur un seul site 🙂

  4. Aha après l’avoir lu je me suis dis comme toi ” comment est-ce possible que je ne l’ai pas lu plus tôt ” ? J’ai adoré ce bouquin! J’aime beaucoup ta chronique qui est très complète les passages que tu as choisis sont vraiment bien 🙂

  5. Je l’ai lu le mois dernier et j’ai adoré ! la 1ère moitié livre je n’ai pas cessé de rire ! Dans la voiture avec eux, j’étais éclatée, big fou rire ! Je m’attendais tellement à un truc triste que j’ai été très surprise au début de ma lecture. Ils sont très poignant et j’étais triste qu’ils aient eu si peu de temps ensemble. Le passage des moments infinis, trop de larmes j’ai du m’arrêter pdt 10 minutes et reprendre mon souffle. A la fin de ma lecture, j’ai fermé le livre et j’étais triste mais au fond de moi il n’y avait que de l’amour et la paix ! et une furieuse envie de retourner en arrière et tout revivre !
    J’ai aussi été séduite par de nombreuses phrases vraiment très belle et qui s’écoulent de vos lèvres si naturellement que vous êtes subjugué automatiquement !
    Et pour celles qui pensent déprimé après l’avoir lu, NON pas du tout !! Ce livre vous fera pleurer certes, mais il vous remplira d’amour aussi 😉

      • lol, oui j’ai vraiment aimé ! j’ai tjs été une quiche question philo et description de texte mais là j’ai vraiment été séduite par les phrases, les mots, les dialogues, leurs sentiments, un vrai coup de coeur ! certaines personnes pleurent moins que d’autres mais c’est suivant ta personnalité et ton vécu qui donne de l’intensité à ta réaction face à ce livre ! je l’ai lu en ebook mais je l’achète en version papier pour pouvoir lire et relire mes passages favoris !
        et le faire lire à ma soeur, ma mère et ma tante lol

        • Je l avais emprunté a ma bibliothèque mais pareil je me le suis rachetée pour le relire a loisir. Je le partage aussi avec mon chéri. Le pauvre je lui fais avoir une énorme pal alors qu il lit lentement lol. Mais il y a tellement de romans qu il faut lire absolument !

  6. Je fais partie des personnes qui ne veulent pas le lire car il est triste … Malgré tous les bons avis et le fait que ce livre a l’air poignant et bouleversant …

  7. Bon allez je me laisserai bien tenter par une crise de larmes!!!J’ai peur d’etre trop submergée , mais si je tombe dessus je le prenrai….Très belle chronique!

  8. Ma Kao ! tu as enfin sauté le pas ! je suis contente pour toi ! C’est une lecture que j’ai adoré et comme tu dis, oui la fin est triste mais pas que. C’est vraiment une leçon de vie ! Bref hâte de voir l’adaptation, mais ils ont pas intérêt de se foirer ! 😉

    • Je suis sûre qu’on ne sera pas déçus! C’est impossible quand on sait que c’est l’auteur lui meme qui a tout supervisé, meme le choix des comédiens. J’ai confiance 🙂

          • J’ai bien des titres en tête mais ils sont pour la majorité en VO.
            En français, il y a « Coeurs brisés, têtes coupées » de Robyn Schneider, « 13 raisons » mais je crois que tu l’as déjà lu, « Le monde de Charlie » de Charlie Chbosky,  » Le ciel est partout » de Jandy Nelson, « Ne t’inquiète pas pour moi » d’Alice Kuipers, « Je ne sais plus pourquoi je t’aime  » de Gabrielle Zevin et pour l’instant, je n’ai plus d’autres titres qui me viennent à l’esprit 🙂

  9. Wow… !
    Je l’ai lu il y a peu et j’ai ressenti exactement la même chose que toi pour cette lecture. C’est une histoire tellement poignante, tellement triste, mais en même temps si belle et même parfois drôle. Bref, gros coup de coeur pour ce roman à l’écriture sublime ! ❤

  10. Pas un coup de coeur comme pour la majorité de la blogosphère mais un très bon moment de lecture. J’ai envie de m’envoler pour Amsterdam après cette lecture. J’irai voir le film lorsqu’il sortira.

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s