Les princes charmants n’existent pas – Maïa Brami

Brami

Synopsis (Sortie le 3 avril 2014):

Cher voisin,

J’ai trouvé cette lettre qui semble vous appartenir. Je me permets de vous la retourner. Pas trace de votre corps écrasé dans la cour! Vous avez été bien avisé de jeter seulement la lettre. Après tout, l’amour pourrait frapper à nouveau à votre porte. Rien de pire qu’un chagrin d’amour ou peut-être si… ne jamais en avoir vécu aucun? Prompts rétablissements. Votre voisine du 34, 1er étage. Nora C.

Mon avis:

Je remercie les Editions Nathan/Lire en Live pour ce partenariat! Moi qui avais envie d’une lecture légère, ce livre est tombé à pic!

L’histoire nous est racontée du point de vue de Nora, quinze ans et collégienne. Complexée par son corps dégingandé, elle rêve de ressembler à Ava Gardner dont elle regarde tous les films et est passionnée de cinéma, vouant un culte aux vieux films américains.

Extrêmement timide, sa meilleure amie, Julie est son opposé. Julie est sûre d’elle, a un petit-ami, Sam, dont elle est folle amoureuse, est extravertie et en plus, Nora lui envie son corps de rêve.

Un jour, la vie de Nora prend un tournant lorsqu’une lettre arrive sur son balcon. En même temps qu’elle décide de la rendre à celui qui l’a jetée, elle laisse une missive dont le contenu est le résumé du livre et à partir de là, une correspondance épistolaire se met en place.

Les histoires d’amour qui naissent de correspondances comme ça, je dois avouer que c’est mon point faible. Il y a ce coté mystérieux, cette attente que je ressens comme si c’était moi qui vivait cela qui font que quand je lis un pitch de ce genre, instinctivement, je vais tout de suite vers lui.

Bref.

L’intrigue m’a agréablement divertie bien que quelquefois, j’ai été frustrée. Pourquoi?
Parce que l’auteure ne se contente pas de légèreté. Au contraire. Son histoire est plus fouillée qu »il n’y paraît au premier abord.

Elle pose une critique des télécommunications en même temps en nous montrant à quel point il est facile de se dissimuler derrière l’écrit, de (se) travestir la vérité.

De ce fait, Nora a pu m’énerver car elle fuyait les interactions réelles, préférant se réfugier dans les films d’Ava ou rêvasser plutôt que d’agir et d’oser faire le saut de foi. Oui, je francise l’expression « leap of faith » car c’est véritablement une expression que j’aime littéralement.

Alors que Rodrigue est dans le concret, Nora a cette fâcheuse tendance de se fourrer a tête dans le sable comme une tortue. Et pourtant, on ne peut pas lui en vouloir car qui n’a jamais eu peur de se lancer? Et ce n’est pas qu’une question d’âge. Même adultes et dans la vie active, il arrive encore à beaucoup d’avoir peur de (re)souffrir et de ne pas oser accorder leur confiance. Alors, c’est impossible de ne pas comprendre Nora.

Nous avons une lecture qui pose de multiples pistes de réflexion en même temps. En effet, l’auteure nous fait réfléchir sur la place accordée aux canons de beauté dans notre société, sur l’impact qu’ils ont sur notre vie mais surtout sur notre regard sur nous-mêmes.

Ce récit nous rappelle que même s’il y a des choses chez nous qui nous dérangent physiquement, il en est de même pour toutes les personnes qui nous entourent. Tous et toutes, sans exception, même les personnes que nous qualifierions de parfaites, nous avons un ou plusieurs complexe. Nous oublions trop facilement que notre regard n’est que subjectif, qu’il ne reflète pas forcément la réalité.
J’ai trouvé que cette piqûre de rappel était très bien amenée.

Enfin, l’auteure fait un rapide clin d’œil à la pauvre Amanda Todd et en profite pour nous rappeler les dangers liés aux réseaux et aux nouvelles technologies.
Même si c’est rapidement écarté, j’ai trouvé que c’était une bonne chose qu’elle en parle et j’espère que cela trouvera un écho chez les jeunes lecteurs.

En conclusion, ce livre m’a surprise parce qu’il s’est révélé plus riche en enseignements que prévu mais en bien. J’ai bien aimé suivre les aventures de Nora et de Julie et surtout, j’ai trouvé les pistes de réflexion abordées très judicieuses. J’ai franchement apprécié.

Les princes charmants n’existent pas a été une bonne lecture riche en enseignements que je conseille à tous.

logo

Publicités

15 réflexions sur “Les princes charmants n’existent pas – Maïa Brami

  1. Je suis en train de le lire et je me régale. C’est vrai que c’est moins léger que le titre ou le résumé peuvent le laisser penser. Loin de me déplaire, j’en suis ravie.

      • 🙂 J’ai envie de Lire loin de tout, la revolte de Maddie freeman et d’autres livres de dystopies ou de science fiction par exemple
        Il y a aussi pas mal de tome 3 qui vont sortir : la selection, ne me touche pas, divergente…
        Et aussi je me suis achetee le livre « rendez-vous en terre inconnue » il est magnifique et fascinant !!!
        En ce moment j’ai envie de lire des livres entre l’ethnologie et les recits de voyages..

        Bref, pas mal de livres m’attendent 🙂

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s