Alice au pays des merveilles – Lewis Carroll

Couverture

Synopsis:

Assise dans l’herbe un jour d’été, Alice voit passer un Lapin Blanc qu’elle suit dans son terrier. Elle bascule alors dans un monde extraordinaire et magique. Au cours de cet étrange voyage, elle rencontre des Homards qui dansent, un Chat qui apparaît pour s’évanouir, une Chenille qui fume, ou encore une Reine de Coeur qui veut couper la tête de tout le monde.

Mon avis:

Tout le monde connaît l’histoire racontée par Disney mais combien connaissent la version originale de Lewis Carroll?

Je nous vous ferai pas l’affront de vous parler de l’histoire mais plutôt de tout ce qui s’y rapporte.

Tout d’abord, l’écriture: si vous lisez en VO, autant vous prévenir tout de suite, c’est certainement la lecture la plus ardue qui soit! Pas à cause du niveau de langue qui est accessible mais à cause de la culture générale anglophone que ce texte requiert. Je m’explique: Lewis Carroll a construit son récit à la manière d’un miroir déformateur. Lorsque vous lisez son texte, littéralement parlant, vous ne pouvez absolument pas comprendre son sens car il use de jeux de mots durant pratiquement tout le récit. L’auteur déforme des expressions pour en créer des nouvelles et c’est tellement subtil, tellement riche dans le langage que je dois avouer que j’ai abandonné la lecture VO de ce roman et que je me suis résolue à le lire en français.
Et tout de suite, en comparant les deux textes, c’est la première fois que vous me verrez l’écrire mais ma lecture en a été plus facile.

En effet, certains jeux de mots sont compréhensibles mais d’autres sont nettement plus ardus à comprendre et font appel à des notions, à des expressions qu’on ne peut pas traduire et qu’il faut donc connaître.

Pour vous donner un exemple, l’expression « il pleut des cordes » se traduit par « it’s raining cats and dogs », soit « il pleut des chiens et des chats ». Bon, et vous faites quoi quand Lewis Carroll reprend cette expression et la déforme de telle manière à ce que vous ayez au final « it’s feigning hats and frogs »? (« Ca feint les chapeaux et les grenouilles »).

Bref, même les bilingues auront besoin de plus que de leur aisance dans la langue de Shakespeare pour saisir tout le langage de Carroll.
On ne dirait pas comme ça, mais c’est un beau compliment que je lui fais. Jamais un auteur ne m’a donné autant de fil à retordre et ne m’a fait aller vers la version française. Justement, ma version française (celle qui est en photo et qui coûte curieusement plus cher que ce que l’image annonce) m’a bien aidée parce qu’elle contenait énormément de notes expliquant les jeux de mots originaux.

Ensuite, Alice: contre toute attente, elle m’a insupportée au possible.
Elle cherche absolument à avoir le dernier mot, fait preuve d’impatience mais surtout, elle est capricieuse. Je la préfère nettement dans Once upon a time in Wonderland où elle a nettement plus de peps et de maturité! Oui, d’accord, je dois concéder qu’elle est excusable dans le sens où c’est encore une petite fille et qu’elle ne peut pas réagir comme je le voudrais à cause de son âge.

Enfin, l’univers mis en place m’a transportée. Bien sûr, j’en avais des aperçus colorés et oniriques grâce aux différentes adaptations qui ont été faites de ce conte mais avec des mots, Lewis Carroll m’a fait voyager avec lui à Wonderland. Et je dois dire que, que ce soit Walt Disney, Tim Burton ou les créateurs de OUAT, tous ont réussi à merveille, pour moi, à traduire en images ce que Lewis Carroll décrivait.

Au final, ce conte est une belle leçon sur la place de l’imaginaire chez les enfants. J’ai trouvé que c’était un beau plaidoyer pour l’enfance et l’importance de ce qu’elle entraîne dans le développement psychique de l’adulte. Un bon réquisitoire pour la part de rêve que tous doivent avoir et garder.

Publicités

14 réflexions sur “Alice au pays des merveilles – Lewis Carroll

  1. Je l’avais lu parce que je voulais découvrir un le classique mais franchement j’avais galéré pour certains passages lol Ceci dit j’en garde un bon souvenir 🙂

  2. Hello….
    j’ai presque honte de dire que je n’ai toujours pas lu ce livre ! et pourtant, c’est un classique ! par contre, je ne tenterai même pas de le lire en VO, si je le commence un jour, j’irai directement en VF !

    a bientot

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s