Saga Le cycle des robots, tome 4: The naked sun (Face aux feux du soleil) – Isaac Asimov

asimov

Synopsis:

Elijah Baley, enquêteur terrien est chargé d’une enquête difficile. Il est envoyé sur Solaria pour élucider un assassinat. Or, sur cette planète, les contacts entre habitants sont quasiment impossibles et un robot semble impliqué, chose surprenante puisque les trois lois de la robotique interdisent aux robots de faire du mal aux êtres humains. Aidé de son partenaire robot humanoïde, R. Daneel Olivaw, il devra résoudre ce mystère mais également lutter contre sa phobie des grands espaces, lui qui est trop habitué à l’atmosphère souterraine des «Cavernes d’acier».

Mon avis:

Ecrit en 1957, ce roman est un véritable roman de SF, bien sûr, mais également d’anticipation.

Isaac Asimov continue son célèbre cycle des Robots en nous emmenant sur une planète où, en apparence, tout semble idyllique; la société y est pacifiée, les hommes et les robots vivent en parfaite cohabitation…

Cependant et c’est là le point de départ de ce tome, un meurtre a eu lieu. Le corps d’un homme a été retrouvé et alors que tous les indices semblent montrer que sa femme est le tueur, notre enquêteur Elijah, va comprendre que cette société comporte de nombreux aspects compliqués.

L’auteur nous place dans la peau de ce détective et nous permet ainsi de nous identifier à lui:
– par le fait qu’il soit terrien sur une planète dont il ne sait rien
– par le fait que comme lui, nous avançons à pas de souris dans l’appréhension et la compréhension d’un monde étranger où nous n’avons aucun repère connu.

De plus, en adoptant une façon de raconter qui n’est pas sans rappeler les polars américains des années 1950, à aucun moment, vous n’êtes vraiment dépaysé car vous lisez le récit comme vous suivriez une banale enquête policière. Pour les personnes qui n’apprécient pas de lire de la science-fiction à cause de cette sensation perpétuelle de devoir s’accrocher, s’ancrer dans l’histoire, Isaac Asimov saura vous faire changer d’avis!

Je parlais tout à l’heure de roman d’anticipation. Eh bien, lorsqu’on lit le récit, avec toutes les « prédictions » que l’auteur fait à propos des nouvelles technologies, par le biais des robots, on se rend compte qu’il était en avance sur son temps et lucide sur ce que ces technologies allaient induire.

En effet, aujourd’hui, ne parlons-nous pas d’addiction aux smartphones, par exemple?

Bien sûr, Isaac Asimov ne vise pas ces appareils en particulier mais il illustre sa théorie selon laquelle les hommes se reposent de plus en plus sur les machines et renoncent ainsi à ce qui fait leur nature – le fait d’être sociable – par l’exemple d’une planète où la quantité d’hommes est nettement inférieure à celle des robots car ils comptent sur des chiffres et des statistiques pour ne fréquenter leurs semblables que par nécessité.

De cette manière, ce n’est pas étonnant que la société de Solaria soit pacifiée: les hommes sont isolés dans leur cocon. Solaria est pratiquement une société de robots.

En plus de constituer un plaidoyer convaincant sur les dangers liés aux nouvelles technologies, l’auteur nous fait suivre une aventure onirique où il est question d’affronter ses peurs pour mieux grandir. Où l’Homme doit faire face à ce qu’il ne comprend pas, doit dépasser ses limites pour relever le défi le plus grand qu’il ait eu à surmonter depuis des millénaires dans un seul but: montrer qu’il est Homme tout simplement.

Et puis, de façon plus pragmatique, Isaac Asimov parvient à capter notre intérêt en nous faisant suivre un récit policier dont l’ambiance vous rappelle celle du Cluedo. Vous savez, ce jeu où il faut deviner qui est le meurtrier et l’arme qu’il a utilisée.

En conclusion, pour les non-initiés, The naked sun fait partie d’une saga dont vous avez sûrement lu ou vu une des nouvelles qui la composent: L’homme bicentenaire.

Le cycle des robots a cela d’extraordinaire qu’il a le don de révéler et de faire réfléchir sur la nature, l’essence même de l’homme et qu’il dépasse entièrement le cadre de la science-fiction pour se concentrer sur un aspect humaniste au final.

3 commentaires sur « Saga Le cycle des robots, tome 4: The naked sun (Face aux feux du soleil) – Isaac Asimov »

  1. Bonjour,

    Je vois que vous êtes une mordue de lecture 😉 Si le cœur vous en dit et si vous aimez découvrir de nouveaux univers, je vous invite à faire plus ample connaissance avec la romancière Marie Caron. Les chroniques littéraires qui ont vu le jour sur la toile comparent souvent son roman « Couleur Émeraude » avec les écrits de S.King (mystères au compte-goutte, etc…) Voici son site web : mariecaron.fr – Vous pouvez aussi découvrir le profil Amazon de l’auteur ici : http://www.amazon.fr/Marie-Caron/e/B00EDH2YBE/ref=ntt_dp_epwbk_0

    Je vous invite également à rejoindre la page Facebook de M. Caron. En effet, une offre destinée à tous les futurs fans qui likeront la page a été publiée très récemment. https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10153518862225103&set=exp.10153518862340103.unitary&type=1&theater
    Marie.C offre les 2 premiers chapitres de son futur roman « Maintenant et à travers les temps ». C’est une offre limitée dans le temps, vous devriez sauter sur l’occasion ! 😉 (et pourquoi pas, prévenir vos copinautes :P)

    En vous souhaitant d’agréables lectures,

    Bien à vous et bon surf sur les vagues littéraires. 😉
    Ps : Il est possible que vous n’appréciez pas ce genre de commentaire « coup de pub », vous pouvez le supprimer si vous le désirez. Il n’y a pas de mal.

  2. Pfiouu ! J’avais dû lire un des livres, Les Cavernes d’acier, de l’auteur pour les cours quand j’avais 16 / 17 ans. J’ai détesté. Ma pire lecture depuis que je sais lire. J’ai cru que je n’arriverais jamais au bout. Même mes parents ont eu pitié de moi en me voyant peiner ainsi pour terminer un bouquin et m’apportaient du jus de fruit, des biscuits,… Depuis ce jour-là, non seulement j’ai énormément de mal avec la SF mais en plus, je me suis jurée de ne plus jamais ouvrir un des romans d’Isaac Asimov ! Et même si le livre dont tu parles à l’air intéressant et que ce que tu en dis me donnerait presqu’envie de lui laisser une chance, je crois quand même que je ne vais pas tenter le diable xD.

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.