Quadrilogie Unwind, tome 1.5: Le peuple d’argent – Neal Shusterman

neal

Synopsis:

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’était devenu Lev entre le moment où il a quitté CyFyi et celui où il est arrivé au cimetière?

Mon avis:

Cette nouvelle se passe juste après que l’ami de Lev, Cyfyi ait eu sa « closure ».

Nous retrouvons Lev dans une réserve indienne. La seule qui n’ait pas signé la Charte et qui représente donc une société totalement différente de celle que connaît Lev.

Celui-ci a été recueilli suite à une mauvaise chute, apparemment et se retrouve rapidement intégré à la tribu du Peuple d’Argent et le récit nous est raconté de son seul point de vue, nous permettant ainsi de saisir les rouages de son raisonnement et de mieux comprendre comment il est devenu ce qu’il est devenu avant d’arriver au Cimetière.

Vous pensez que cette nouvelle ne nous apprendra rien?

Au contraire, elle révèle d’autres aspects de l’histoire mais surtout, la noirceur de l’âme de certains hommes et leur cupidité.

Ce faisant, elle met en relief les enjeux de la société dans laquelle évoluent nos héros et ne peut que nous interpeller par son injustice criante et l’injustice qui va se commettre sous nos yeux impuissants.

Cette nouvelle complète l’histoire à merveille en comblant les trous de l’histoire de Lev et en répondant aux questions qu’on se posait à la lecture des Fragmentés.

Dans le premier volume, j’avais été en effet surprise par la colère flagrante de Lev envers le monde, par la décision qu’il a prise de devenir ce qu’il est devenu et Neal Shusterman réussit à nous transporter et à nous faire assister véritablement à l’évolution de Lev. Devant nous, il passe vraiment d’un état d’innocence à l’age adulte et on comprend pourquoi l’auteur le décrit comme quelqu’un qui en a trop vu dans sa vie.

D’habitude, j’ai du mal à apprécier des personnages introduits en cours de route mais là, les enjeux qu’ils représentent ainsi que leur caractère font qu’on s’attache très vite à eux.

Par le biais de Will notamment et surtout, on saisit et on se révolte contre les choix des gouvernants. Lorsque vous avez la possibilité de recourir à une solution et que vous choisissez celle qui fera souffrir le plus de monde, comment pouvez-vous tolérer cela? Surtout lorsque vous découvrez que vos chefs vous ont caché le fait même qu’une autre solution existe? Comment?

Alors, oui, une bouffée de rage vous prend. Vous haïssez les gens qui laissent faire cela même de façon passive. Vous vous moquez de faire du mal à d’autres car vous avez subi la pire souffrance qui soit.

Un désir de revanche vous envahit et vous pousse à agir.

Et parce qu’on a vécu ce moment, ce petit moment où vos peurs laissent place à une colère froide et implacable, vous adhérez à la fin de la nouvelle.
Vous faites plus que la comprendre, vous faites vous-mêmes ce choix.

Neal Shusterman a en ça un talent rare: vous n’êtes pas à la place du héros à ce moment-là. Vous devenez le héros.

Retrouvez mon avis sur:
– Le 1er tome, Les fragmentés: sur ce lien.

Publicités

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s