Dyptique du Temps, tome 1: Léviatemps – Maxime Chattam

couverture

Synopsis:

Paris, 1900.
Prisonnier de son succès, un écrivain décide de tout quitter pour entrer au plus profond de ses cauchemars, de ses abysses, explorer ce qu’il y a de pire en lui. Dans ce terreau de peurs, se cache la matrice des monstres enfouis en chacun de nous. Un Léviathan d’ombres, un golem de violence. Guy de Timée voulait déterrer la fange, il va rencontrer le Mal.
Des cercles ésotériques de la capitale aux démesures de l’Exposition universelle, le début du XXème siècle inspire à Maxime Chattam un thriller halluciné où les progrès de la science nourrissent la folie des âmes perdues en quête d’éternité.

Mon avis:

Je m’appelle Guy. Et je suis un lâche.

Ainsi comment le premier chapitre de ce dyptique.

Magnifique, notre héros est donc un couard. Comment vous voulez vous attacher à lui dans ce cas?

Pouic, changement de point de vue et retour rapide. Rewind. Rewind.

Nous sommes au début du 20ème siècle. Jack l’Eventreur vient de faire énormément couler d’encre et demeure impuni.

Dans ce contexte, la grande Exposition Universelle de Paris s’apprête à ouvrir ses portes au public et des prostituées sont retrouvées mortes et affreusement mutilées.

Et Guy? Qui c’est dans tout cela?

Eh bien, notre pauvre Guy est un homme qui a fui le foyer conjugal, abandonnant sa femme et sa fille pour se réfugier dans un lupanar.

Déjà, ça, ça n’attire pas notre sympathie.

Ensuite, le voilà qui prend la casquette de détective et Léviatemps nous embarque dans une enquête policière. Je dois d’ores et déjà avouer que je n’ai aucune sympathie pour Guy et qu’il m’a agacée à de nombreuses, trop nombreuses pour être comptées, reprises.

Ecrivain victime de son succès, il s’est mis en tête d’approcher l’essence du mal et sa fascination le pousse loin. Une de ses amies vient de se faire tuer mais il prend les faits à la façon d’une scientifique et ne montre jamais aucune émotion. Tout ce qu’il laisse entrevoir de sa personnalité, c’est un enthousiasme déplacé vis-à-vis du tueur qu’il décortique tel un psychologue. J’aurais voulu le voir triste ou éprouver un sentiment négatif dans ce genre mais rien.

A un certain moment, je me suis même mise en tête que c’était lui le tueur. Il me paraît tellement froid!

Globalement j’ai envie de dire que ce livre a été une bonne lecture dans le sens où je l’ai dévoré en relativement peu de temps et par rapport au fait que cela n’a pas été difficile de se plonger dans l’histoire. Néanmoins et c’est là que le bât blesse, je n’ai à aucun moment éprouvé d’empathie pour Guy ou pour les personnages l’épaulant dans ses investigations. A partir de là, je concède que ce livre est un page-turner mais quelque part, j’ai ce sentiment de m’être fait avoir. Je lirai sa suite mais uniquement pour connaître le fin mot de l’histoire. Guy peut mourir. Je ne pleurerai pas pour lui.

Publicités

16 réflexions sur “Dyptique du Temps, tome 1: Léviatemps – Maxime Chattam

  1. Haha un livre dont le personnage principal n’est pas du tout attachant? Ce n’est pas très attirant! Néanmoins, je n’ai encore rien lu de Maxime Chattam et j’aimerais bien m’y mettre un jour 🙂

  2. J’avais lu un livre de Maxime Chattam que j’avais bien aimé (Les arcanes du chaos) donc ca me dirait bien d’en lire en autre comme celui-ci 🙂

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s