Torn (Cruelles) – Cat Clarke

couverture

Synopsis ( Traduction du résumé par moi. Sortie française le 6 juin 2013):

Alice King ne s’attendait pas à passer des vacances inoubliables en partant en voyage avec ses camarades de classe en Ecosse mais elle n’était pas exactement préparée à vivre une expérience qui dépasserait ses pires cauchemars.
Alice et sa meilleure amie Cass sont coincées dans une cabine avec Polly, l’outsider social et Rae la gothique de service. Et puis il y a Tara, la reine des garces. Puissante, belle et cruelle, elle n’aime rien de plus que rabaisser les autres. Cass décide qu’il est temps d’apprendre à Tara une leçon qu’elle n’oubliera jamais. Et alors commence une série d’évènements qui changera la vie de ces filles pour toujours…

Mon avis:

Le résumé vous fait penser à quelque chose?

Vous avez raison! Et c’est exactement pour ça et pour l’auteure que j’ai craqué pour Torn. Bon, d’accord, la couverture y est pour beaucoup également.

Donc nous voilà projeté dans le monde cruel qu’est l’adolescence et le lycée. D’un côté, vous avez les gens populaires et sans coeur, de l’autre vous avez les nazes et au milieu, les invisibles.

Et puis, lors d’un voyage scolaire, tout cela se mélange et donne un melting-pot dans une tente où complots et humiliations vont entraîner un évènement majeur qui hantera tout le livre.

Notre héroïne, Alice, a seize ans et n’a jamais eu de copain. Ce n’est pas pour autant qu’elle se situe dans le clamp des nazes car sa meilleure amie étant une rockeuse rebelle, cela fait d’elle une rebelle, n’est-ce pas? Inclassable, non?

Racontée de son point de vue, Alice nous fait pénétrer dans un monde bruyant où tout se sait et où le moindre de vos gestes est décortiqué.

Elle n’a pas une enfance heureuse; sa mère est morte d’un cancer lorsqu’elle avait huit ans et depuis, elle a vécu seule avec son père.

Elle et lui contre le monde entier.

Au fur et à mesure qu’elle nous dévoile ce qu’il s’est passé durant ce voyage fatidique et ses conséquences, on réalise que sous des dehors d’histoire simple, se cachent des couches et des couches de révélations. Comme on le dit souvent, toute histoire a plusieurs faces.

Alice nous montre comme nos actes peuvent engendrer d’autres actes, tel un effet papillon et comment une personne peut réagir lorsqu’elle est poussée à bout, à l’extrême limite de ce qu’elle peut supporter. En même temps, sans nous faire revivre l’adolescence, elle nous plonge dans les méandres d’un esprit confus; partagé et déchiré entre deux possibilités.

Dans le groupe de quatre filles qu’elle forme avec Cass, Rae et Polly, Alice se révèle être la voix de l’humanité. Celle qui n’est pas parfaite; avec ses qualités et ses défauts. Celle qui est emplie de doutes, de peurs mais également d’espoirs et de rêves.

Vous avez beau la condamner, être frustré(e) parce qu’elle n’agit pas comme vous le voudriez, en même temps, vous ne pouvez pas ne pas comprendre ce qu’elle ressent. Et puis lorsqu’on pense, non, lorsqu’on se rappelle qu’Alice n’a que seize ans, on se dit qu’en réalité, Alice est très mature pour son âge.

Tiraillée par sa conscience et en même temps par son amour naissant pour un garçon, c’est véritablement le choix de Sophie pour elle.

Comment être heureuse dans les conditions dans lesquelles elle vit?

De plus, les personnages secondaires sont criants de réalisme.

Entre l’opportuniste qui dissimule un côté très sombre, la personne qui fait l’autruche et qui ne veut pas qu’on lui sorte la tête du sable et celle qui se tait, Cat Clarke nous dépeint une galerie de personnages que l’on côtoie au quotidien.

Pour l’histoire, comme je vous l’ai écrit plus haut, elle est complexe et haletante. Le livre ne comporte pas d’actions à suspense mais il tient en haleine psychologiquement.

L’auteure se révèle décidément douée pour mettre en place des intrigues psychologiques.

Le seul bémol que j’apporte à ce second tome est le fait que, comme dans le premier livre, elle a choisi de terminer le récit à la croisée des chemins.

Pour Confusion (lire mon avis ici), la fin ouverte ne me gênait pas car elle laissait place à ce que l’on voulait.

Or, ici, sans être une fin ouverte, j’aurais souhaité que l’auteure pense à conclure le sort du père d’Alice car au final, lui n’a pas eu une « closure ». C’est triste d’imaginer qu’il passe le reste de sa vie seul sans sa Daisy.

Mais tout de même, Torn a été un véritable coup de coeur. Cat Clarke est donc un auteur que je continuerai de lire avec plaisir.

Nouvelle du 24 avril 2013: Titre français -> Cruelles. Il sortira en français le 6 juin.

Publicités

14 réflexions sur “Torn (Cruelles) – Cat Clarke

  1. J’espère qu’il sera traduit en français car il a vraiment l’air bien.
    J’avais beaucoup aimé confusion, j’aimerai donc pouvoir lire d’autres livres de Cat Clarke :).

  2. la couverture est superbe et l’histoire a l’air intéressante !
    il et dur à lire en anglais ? parce que ça fait un (trés long) moment que je n’ai pas lu en anglais :S

    • Bonjour, Je dirais que ce livre n’est pas écrit dans un style de niveau débutant. Il faudrait plutôt un niveau intermédiaire au moins sinon, tous les livres de Cat Clarke vont être traduits par les éditions Laffont

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s