Quadrilogie Annex, tome 1: Beta – Rachel Cohn

couverture

Synopsis:

Elle est l’absolue perfection. Son seul défaut sera la passion…

L’île paradisiaque de Demesne est le lieu le plus exclusif sur Terre, entièrement modelée par des scientifiques pour atteindre la perfection tropicale. L’aller simple coûte une véritable fortune, et encore plus le fait de s’y installer. Outre les paysages enchanteurs et le climat optimal, les eaux des lagons diffusent une sorte d’euphorisant qui agit comme un élixir de jouvence et de bonne humeur sur les richissimes habitants qui peuplent l’île. Problème : les employés et domestiques sont difficiles à mettre au travail, du fait de cette atmosphère idyllique… Qu’à cela ne tienne, les milliardaires vont les remplacer par des clones sans âme, manufacturés sur commande selon les désirs et les caprices de leurs acquéreurs.
Elysia est « née » à seize ans, clone d’une superbe adolescente à la grâce athlétique. Elle n’a aucun souvenir de son Originale – la fille à partir de laquelle on l’a créée-, juste l’intime conviction que cette dernière est morte pour lui offrir la vie. Elysia est le premier prototype d’une ligne expérimentale de versions Bêta : des adolescents parfaits dont on a réglé l’horloge interne pour qu’ils s’éteignent quelques années plus tard.
Mais lorsqu’elle est achetée par le couple le plus puissant de l’île, Elysia va découvrir que la vie sur Demesne n’est pas si rose qu’elle en a l’air.

Mon avis:

(Pardonnez-moi si vous ne vous retrouvez pas dans les noms donnés. Ma lecture s’est faite en VO et à ce titre, des différences peuvent avoir lieu avec la VF.)

Cette dystopie prend place dans un monde aseptisé, plus exactement dans un archipel d’îles. Imaginez donc notre île principale, Demesnes enfermée dans une bulle, genre dans Stargate Atlantis, la cité enveloppée d’un bouclier géant pour se protéger des Wraiths.

L’auteure explique que suite à des conditions climatiques devenues quasi-insupportables sur la Terre, une partie de la population élitiste et très fortunée a fait fabriquer Demesnes ainsi que la technologie inhérente à la vie sur Demesnes (purification de l’air à l’extrême, eau pure et cristalline, paysages à couper le souffle, etc…) afin de s’y réfugier.

Suite à cela, comme il est plus qu’onéreux pour un homme de s’y rendre ( le montant d’un voyage s’élève à plusieurs millions de la monnaie courante), la nouvelle population de Demesnes a dû faire face à un problème de main d’œuvre et les clones ont donc fait leur apparition.

Notre héroïne, Elysia, en est un. Les règles veulent que pour exister, le clone soit reproduit à partir d’une personne morte, d’un modèle auquel Elysia se réfère comme son First.

Les clones dans ce contexte ont pour seule fonction de servir et de satisfaire leur propriétaire. Que ce soit pour faire le ménage, pour tenir compagnie à des enfants ou dans un but sexuel, Elysia comme tous ses congénères sont programmés pour cela.

A travers les yeux d’Elysia, nous découvrons la vie en apparence tranquille sur Demesnes.

Nous apprenons qu’Elysia est spéciale dans le sens où elle est une version bêta d’un nouveau prototype de clones, les adolescents. En effet, il est encore difficile pour l’époque de régler la transition de l’âge enfant à l’âge adulte et à ce titre, Elysia est l’un des rares à avoir survécu.

Servant la famille du Gouverneur, elle apprend qu’elle est là pour remplacer la sœur aînée de la famille, Astrid, partie à l’université. Non seulement elle doit tenir compagnie à la mère mais elle doit donc également s’occuper des deux autres enfants : Ivan, aspirant soldat qui s’apprête à partir à la base et qu’elle doit aider à se préparer physiquement et Lindsey, une petite fille d’une dizaine d’années qui s’attache très vite à Elysia. Seul le Gouverneur est récalcitrant à sa présence car la maison compte déjà deux clones mais y trouvera plus tard un intérêt.

Au départ du récit, j’ai été assez agacée par le lavage de cerveau fait sur l’héroïne. On sent qu’elle ne questionne rien et ne se remet pas en question. Plutôt que de clone, j’ai passé pas mal de temps à la voir comme un robot.

Et puis subtilement, avec quelques indices par ci, par là, Elysia commence peu à peu à s’éveiller et là, l’histoire se lance.

Elle recouvre des souvenirs, chose impossible et se rend compte que ceux-ci appartiennent à son First. Elle a le sens du goût, elle adore le chocolat alors qu’elle ne devrait que se contenter de sa boisson nutritive. Elle ne fait pas que comprendre les émotions, elle les ressent réellement. En fait, Elysia est un Défectueux. Une anomalie qui devrait vite être envoyée « à l’infirmerie ».

Heureusement, l’intelligence ne lui fait pas défaut et elle parvient à se fondre dans le moule.

Oui mais…

C’est sans compter Becky, l’autre clone avec qui Elysia était stockée au magasin, Xanthe, celle qui fait office de femme de ménage chez le Gouverneur et deux humains, Tahir et Demetra. Toutes ces personnes apprennent à Elysia l’existence et le sens des mots Insurrection et Amour.

Demetra est une humaine normale qui se mutile et aspire à être un clone, pour ne plus ressentir. Elle paraît folle mais elle dissimule une certaine vivacité d’esprit qui lui font voir le monde tel qu’il est tout en le déformant quelque peu.

Tahir est l’intérêt amoureux d’Elysia et tous deux ne tardent pas à succomber au charme respectif de l’autre. Cependant, Tahir est également un clone dont le First s’est noyé en surfant et aucun humain à part sa famille ne le sait.

Plus l’histoire avance et plus Demesnes va montrer son vrai visage.

La vie peut y sembler paradisiaque mais à quel prix !

Elysia expérimente tour à tour l’impuissance, la rage et la peur. Elle connaît un sentiment d’injustice qui va culminer vers la fin du livre et là, je dois avouer que l’auteure m’a quelque peu perdue. Les évènements s’enchaînent trop rapidement et je me suis demandée à de nombreuses reprises s’ils étaient réels ou pas.

Elysia, à l’instar d’Echo dans Dollhouse développe sa propre personnalité, différente de celle de son First et devient plus humaine à nos yeux. Elle commence à avoir des besoins, des envies, des désirs, toutes ces choses qui caractérisent l’Homme.

Et puis arrive la fin du tome. Trop vite.

Là, le bât blesse car nous avons droit à deux révélations.

La première, celle concernant l’état d’Elysia m’a carrément fait sortir de mes gongs tellement elle est énorme et illogique. Elle m’a donné la même réaction que celle que j’ai eue en découvrant Bella Cullen enceinte d’un vampire. Mon côté rationnel en a pris un coup.

L’autre grosse découverte concerne son First et là, c’est pareil. Je ne m’y attendais absolument pas du tout et je me triture les méninges pour essayer de raccorder les morceaux. Au vu des éléments donnés (le fait qu’Elysia se rappelle de la noyade de son First et en ressente la moindre émotion, ses souvenirs concernant Xander…) je ne comprends pas comment cette chose est possible. J’ai donc quelques théories et j’attends le deuxième tome pour être éclairée.

En bref, le pitch de Beta m’a énormément plue par son originalité et la qualité de son développement.

Je me suis attachée à Ivan et c’est peut-être pour cela que j’ai ressenti le déni, la colère et la déception d’Elysia lorsqu’il s’est avéré qu’il est bien le fils de son père.

Du côté de Tahir qui m’a laissée de marbre, j’ai été touchée par ses parents. Je comprends tout à fait leurs motivations et leurs griefs.

Au niveau de la cause des clones qui m’est légèrement passée au dessus de la tête, faut dire que ça ne m’interpelle pas plus que ça. Paradoxalement, en constatant qu’Elysia a développé sa personnalité, je suis intéressée par la tournure des évènements et je suis curieuse de connaître le dénouement de cette intrigue.

Mon avis global est donc positif, renforcé par la qualité de la couverture du livre et de ses pages. C’est la première fois que je vois un tel soin apporté à la présentation que ce soit à l’extérieur du livre ou à l’intérieur de ses pages. J’ai hâte d’avoir le deuxième livre entre mes mains, autant pour son histoire que pour découvrir l’apparence qu’il aura.

Publicités

3 réflexions sur “Quadrilogie Annex, tome 1: Beta – Rachel Cohn

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s