Trilogie Under the ever sky, tome 1: Never sky – Veronica Rossi

couverture

Synopsis:

Aria, 17 ans a grandi dans une immense Capsule. Comme tous les Sédentaires, elle passe ses journées dans des mondes virtuels à l’abri du danger. Mais un jour, accusée d’un crime qu’elle n’a pas commis, Aria est bannie et abandonnée en pleine nature ravagée par les tempêtes d’Éther.
Sa seul chance de survie apparaît alors sous les traits de Perry, un chasseur aux cheveux hirsutes et à la peau tatouée. Malgré la terreur qu’il lui inspire, Aria n’a d’autre choix que de lui proposer un marché qui va bouleverser leur vie à jamais…

Mon avis:

Déjà, pour commencer, vous ne trouvez pas que sur la couverture, la fille ressemble énormément à Kristen Stewart? C’est la première chose qui m’a marquée quand je l’ai découverte. Ca et le fait qu’elle est sublime, évidemment. La couverture, pas la fille. Quoique, les deux se rejoignent.

Le livre s’ouvre sur Aria qui, en compagnie de sa meilleure amie et d’autres garçons, découvre pour la première fois le monde extérieur, sachant qu’il est interdit de sortir de la Capsule.

Après les premiers instants d’insouciance adolescence, Aria se retrouve vite en proie aux pulsions de Soren qui dévoile un visage malfaisant et ce n’est que grâce à l’intervention de Perry qu’elle s’en sort indemne et retourne à son quartier.

Là-bas, à son réveil, elle apprend que son amie et tous les autres garçons sauf Soren sont morts à cause d’un incendie qu’ils ont allumé dans leur folie et se rend compte que sa dénonciation du comportement de Soren dérange: en effet, Soren est le fils d’un homme puissant du gouvernement.

Evidemment, comme dévoilé dans le résumé, voilà ce qui va causer son abandon dans le désert où elle retrouvera et fera proprement connaissance avec Perry qui, lui, est à la recherche de son neveu enlevé par Soren et ses acolytes.

Contre vents et marées ( mais surtout beaucoup de vents), une alliance va se former entre eux deux.

Vous croyez ce que ce sera facile? Que nenni!

Aria a grandi dans un cocon, à l’abri des conditions climatiques de sa planète et Perry a plus le profil d’un dur à cuire. A côté, Aria ne peut que passer pour une geignarde et c’est le cas les premiers jours qu’elle côtoie Perry.

Mais au fur et à mesure que le temps avance, nous apprenons et percevons pas mal de choses: par exemple, Aria vit dans une société aseptisée où la maladie n’existe pas et qui, pour ne pas sombrer dans l’ennui, passe la majorité de son existence dans le virtuel façon Wall-E ou alors, on apprend que le peuple de Perry et d’autres tribus ont développé des facultés sensorielles très poussées. Perry, lui, a un odorat très poussé et est capable de voir dans le noir, etc…

La relation entre Aria et Perry est plutôt prévisible mais ça reste toutefois agréable d’être témoin de son développement. Quelque part, une certaine magie opère. Pour eux mais aussi pour nous. Aria et Perry ne se jettent pas dans les bras l’un de l’autre immédiatement. Ils apprennent à se connaître, à s’apprivoiser, à se comprendre mais surtout, leur relation est adulte. Malgré le public YA visé, Aria et Perry mettent du temps à comprendre les sentiments qui les animent et à les accepter. Et une fois que c’est fait, ils n’ont pas besoin de se dire qu’ils s’aiment à tout-va. Les gestes parlent plus que les mots.

L’action? Il y en a à foison. Entre combats et meurtres, entre complots et trahisons, ce tome ne vous laissera aucun répit. Vous apprendrez beaucoup de choses sur ce monde à l’atmosphère irrespirable et sur les gens qui l’habitent. Entre autres, les gens civilisés ne sont pas toujours ceux qui disposent de technologies incroyables. Ceux qui méritent ce titre dans ce livre, ressemblent plutôt à un shaman ou bien à une tête brûlée mais ceux-ci vous toucheront à coup sûr et vous vous attacherez à eux.

Quant à la fin du tome, elle est très bien amenée et elle m’a profondément émue, surtout les dernières phrases.

Je suis vraiment curieuse de voir comment le voyage d’Aria se soldera et ce qu’il adviendra d’elle et de Perry. Quel sera leur futur, celui de Roar, de Cinder…

Vivement le 8 janvier pour découvrir le 2eme tome de la trilogie: Through the never night. Surtout que rien que la couverture me charme!

Ce livre rentre dans le cadre du Challenge romantique.

logo

Publicités

4 commentaires sur « Trilogie Under the ever sky, tome 1: Never sky – Veronica Rossi »

    1. Sors le vite 🙂 J’ai eu un peu de mal à rentrer dedans car y avait des termes très SF mais une fois qu’on s’habitue, c’est dur d’en sortir et la fin, elle me fait rever ♥

  1. Mon dieu… Y’a trop d’expression française dans ton avis… je comprend que dalle pour certain passage lllollol à cette barrière linguistique !!! Mais en gros, tu as bien aimé et ça nous donne le goût de le lire… 🙂 Merci pour ce partage Miss !!!
    Bon week-end et bisouxx

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.