Trilogie Divergent, tome 1 et 2: Divergent, Insurgent – Veronica Roth

couverture couverture2

Synopsis tome 1:

Dans un monde post-apocalyptique, la société est divisée en 5 factions. À 16 ans, Béatrice issue de la faction des Altruistes doit choisir sa nouvelle appartenance pour la vie! Cas rarissime, ses tests d’évaluation lui donnent le choix : elle est divergente…Elle doit cacher ce secret, susceptible de la mettre en danger de mort …

Synopsis tome 2 (Sortie français prévue le 1er novembre 2012):

Un choix peut vous transformer ou vous détruire. Mais alors que chaque choix a des conséquences et les troubles se propagent dans les factions autour d’elle, Tris Prior doit continuer d’essayer de sauver ceux qu’elle aime et elle-même tout en étant aux prises avec des questions lancinantes sur la douleur et le pardon, l’identité et la loyauté, la politique et l’amour.

Le jour de l’initiation de Tris aurait du être marqué par une célébration et une victoire avec sa faction choisie. Au lieu de cela, la journée s’est terminée dans des horreurs indicibles. La guerre se profile désormais tandis que les conflits entre les factions et leurs idéologies se développent. Et en temps de guerre, on doit choisir son camp, des secrets émergent et des choix deviennent encore plus irrévocables et puissants. Transformée par ses propres décisions mais aussi par un chagrin et une culpabilité lancinantes, des nouvelles découvertes radicales et des relations changeantes, Tris doit souscrire pleinement à sa divergence bien qu’elle ne sache pas ce qu’elle pourrait perdre en faisant cela.

Mon avis:

Ayant lu le premier tome l’an dernier et l’ayant beaucoup aimé, c’était avec une grande impatience que j’attendais le deuxième tome et assurément, ce sera pareil pour le dernier!

Pourquoi?

Au premier abord, Divergent m’a légèrement fait penser à la saga d’Ally Condie, Matched par sa catégorisation de la population. J’aime beaucoup les dystopies mais c’est rare qu’un auteur pense à mettre une étiquette précise sur les gens. Là, nous avons affaire à cinq étiquettes en l’occurrence. Toutes mettent en valeur une qualité: l’intelligence, le courage, l’abnégation, la sincérité et enfin la loyauté. Là où ça se gâte, c’est que celui qui n’entre dans aucune de ces catégories se retrouve sans label et alors, gare car c’est le sort que personne ne souhaite dans cette société.

L’héroïne, Triss est une divergente, c’est-à-dire qu’elle peut appartenir à plusieurs de ces labels. Sa divergence est déjà une anomalie mais surtout cela veut dire que sa façon de penser ne peut pas être façonnée. Dans le monde de Veronica Roth, les Divergents sont des êtres dangereux qui représentent une menace qu’il faut éradiquer car incontrôlables.

Dans le premier tome, nous suivons le parcours de Triss depuis le test qu’elle passe où sa divergence apparaît à sa décision de devenir une Audacieuse. Nous vivons également avec elle son initiation et son dur entraînement lié à sa faction jusqu’au gros évènement dramatique qui conclut le livre.

Triss, c’est le contraire des héroïnes que vous pouvez trouver habituellement dans les romans. Elle n’est pas belle, elle est petite et paraît fragile au premier abord.
Triss, ce n’est pas Katniss Everdeen. Elle n’est pas motivée par le fait de protéger quelqu’un et souvent, elle se montre égoïste. Et pourtant…

Quelque chose se dégage de Triss. Elle a son caractère bien à elle mais surtout, elle a un mental incroyable. Lorsqu’elle doit affronter une fille plus balèze qu’elle, ses amis sont déjà en train de lui dire quoi faire pour , peut-être, inciter son adversaire à se montrer clémente dans ses coups mais Triss, elle, bout à l’intérieur. Comme elle le dit, il ne leur viendrait pas à l’esprit qu’elle puisse gagner? Triss, c’est une battante mais elle ne se bat pas spécifiquement pour une noble cause.
C’est le plus souvent, comme le dit Caleb, son frère, son impulsivité qui lui vaut de se mettre dans des drôles de pétrins. Notamment dans une scène avec des couteaux…

Oui, Triss peut se montrer très égoïste. Lorsque son amie, Christina se voit punie d’une manière cruelle, elle ne bouge pas le petit doigt jusqu’à la fin de son châtiment où elle réagit enfin mais pas avant que quelqu’un d’autre ne l’ait fait. ( Ouh là! Vous comprenez ce que j’écris, là?)

Cependant, quelle personne ne ferait pas pareil dans ces cas-là? Vous pensez réellement que vous feriez autrement?

A côté de Triss, d’autres personnages évoluent. Les amis qu’elle se fait: Christina, Peter, Al.

Christina et Peter forment plus tard un couple mais lors des prémices de leur relation, Triss qui a toujours vécu dans l’Abnégation ( et donc, l’oubli d’elle-même) se pose des questions qui nous montrent comme elle peut être naïve socialement parlant et gênée par les contacts humains.

Al, ah , Al…. Au départ dans une fonction de protecteur à cause de sa carrure de gros bras, il passe au statut de … comment dire, de petit garçon fragile au fond. Amoureux de Triss, c’est sûrement pour cela qu’elle ne répond pas à ses avances. Triss est le genre de fille qui a besoin d’un homme qui la place sur un pied d’égalité et non qu’il la traite comme une chose fragile. Tout ce que Al n’est pas et ce que Quatre/ Tobias est.

Tobias justement est le coach des « aspirants ». Il partage cette fonction avec Eric.

Au début, j’ai cru qu’Eric était le « love interest » comme le disent les americains, de Triss. Antipathique et dur, il ne ménage pas ses élèves. Le profil typique du petit ami de l’héroine des dystopies.

Mais non. Eric reste donc un prof malicieux qui aime maltraiter les autres. Tobias est donc son second. Cependant, Eric reste jaloux de Tobias car il ne doit sa fonction de chef que parce que Tobias l’a refusée en premier lieu.

Dans le rôle des « méchants », en plus d’Eric, nous avons Peter. Peter est un aspirant comme Triss et dès le départ, l’a prise en grippe.

Plus l’histoire avance, plus Peter révèle son côté cruel et ambitieux: il n’ hésite entre autres pas à poignarder dans l’œil un autre pour devenir premier au classement…

Au niveau de l’histoire, j’ai trouvé qu’elle démarrait doucement mais alors, quand la machine est lancée, plus rien ne l’arrête. Je n’ai plus su quitter le livre avant la fin et même lorsque la fin est là, vous vous surprenez à tourner d’autres pages, à chercher s’il n’y en a pas d’autres car vous en voulez plus.

C’est là qu’arrive le tome 2, que je vous spoilerai pas comme d’habitude.

Je peux juste vous dire quelques petites choses:

Alléluia! Pas de trio amoureux! Yes, YES, YES!

Ben vi, vous commencez bien à lire dans mes chroniques à quel point ça me barbe!

Le fait qu’il n’y ait pas de trio, c’est un fait suffisamment rare pour être mis en avant. Veronica Roth, comme Maria V. Snyder et ses Insiders ( chronique ici) a choisi d’étoffer la relation de Triss et Tobias et c’est tant mieux pour nous. Enfin une héroïne qui n’a pas un cœur d’artichaut et qui nous ennuie avec son faux dilemme!

Ensuite, l’histoire: vous pouvez d’ores et déjà oublier tout ce que vous croyez savoir par rapport au tome 1 car vous apprenez une autre vision des faits qui ont pu se dérouler et surtout, vous découvrez des choses que vous n’auriez pas imaginer.

Enfin, les personnages. Chacun a évolué et changé, ne pensez pas que vous retrouverez qui que ce soit tel que vous les avez connu. Surtout pour Triss.

Est-ce que ça vous rend plus impatients? Est-ce que ça vous fait peur?

Lus pour le Big challenge Livraddict 2012.

livraddict

Publicités

6 réflexions sur “Trilogie Divergent, tome 1 et 2: Divergent, Insurgent – Veronica Roth

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s