Trilogie Birthmarked, tomes 1 et 2: Rebelle, Bannie – Caragh O’Brien

Vous avez envie de plonger dans une autre aventure dans la même veine que HG sans forcément avoir un plot qui y ressemble?

Alors la saga Birthmarked est absolument à lire!

Birthmarked, c’est une trilogie de livres dont le dernier tome devrait sortir à l’automne 2012 pour la VO ( je suis incapable de me renseigner quant aux dates françaises).

rebelle bannie

Synopsis tome 01:

Dans le monde où vit Gaia, il y a ceux qui habitent dans l’Enclave, derrière les murs du Bastion, et ceux, pauvres, comme elle, qui vivent à l’extérieur. Tous les mois, la jeune fille aide sa mère, sage-femme, à donner à l’Enclave un quota de trois bébés, qu’elle marque d’un étrange dessin à l’encre. Jusqu’au jour où ses parents sont brutalement emprisonnés. Gaia comprend alors que le Bastion en a après le ruban que son père lui a légué et sur lequel est brodé un mystérieux code. Le temps est venu pour la jeune fille de choisir : continuer à servir l’Enclave, ou y pénétrer pour tenter de percer les secrets du ruban. Au péril de sa vie.


Synopsis tome 02:

Gaia a quitté l’Enclave, fuyant ses lois injustes et sa répression cruelle, pour partir à la recherche de sa grand-mère dans la Forêt Morte. Mais la société qu’elle y découvre est bien loin de l’utopie à laquelle elle s’attendait. Les femmes y dictent leur loi, en particulier Olivia, la Matriarche, et toutes les relations y sont régies par des règles strictes. À peine la jeune fille est-elle arrivée qu’on lui enlève Maya, sa petite soeur et désormais unique famille. Gaia devra une nouvelle fois puiser au plus profond d’elle-même pour renverser la hiérarchie et briser les interdits.

Mon avis:

Après une introduction dans le monde de Gaia notre héroine, un peu hâtive, je suis rentrée complètement dans l’histoire et je n’ai pas pu en décoller jusqu’aux dernières pages du tome 2.

A première vue, j’ai cru avoir affaire à une société dystopique normale avec des bons, des méchants et au milieu, une césure bien nette.
Mais au fur et à mesure que l’histoire progresse, on se rend bien compte que finalement, cette société est à nuancer. Vous avez les bonnes et les mauvaises intentions. Le tout se mélange pour donner une histoire complexe et pleine de profondeur. On sent que Caragh O’Brien a bien pris le temps de réfléchir quant à l’évolution de l’histoire, qu’elle sait où vont nos personnages et l’intrigue.

Le tome 01 est une découverte du monde de l’Enclave. L’histoire se passe dans une époque bien futuriste et définie dans le temps. Notre société actuelle a décliné après que des guerres aient eu lieu et l’Enclave s’est bâtie sur ses ruines. Sans vous spoiler l’histoire, il est beaucoup question de manipulations génétiques et de conflits familiaux. Mais alors que vous pourriez penser que ces manipulations sur l’ADN partent d’une mauvaise intention, en fait, il n’en est rien. Birthmarked, c’est avant tout l’histoire d’hommes qui essayent de gouverner au mieux, avec les moyens qu’ils ont et pour le bien général. Bien sûr, il y a bien un lot de méchants mais lorsqu’on y réfléchit bien, surtout dans le tome 02, est-ce que ces méchants sont aussi diaboliques que ça?
Pour moi, non. Même si leurs actions paraissent cruelles, les personnes en question agissent dans une optique philanthrope. La Matriarche, surtout. Même Gaia le comprend malgré ce qu’elle lui a fait subir à elle et à Maya.

Le 1er livre, c’est aussi la rencontre de deux univers en la personne de Leon et de Gaia. Ah, Leon! Si peu de descriptions mais quelle présence!
Gaia n’a que 16 ans mais elle doit déjà affronter les problèmes des adultes. Sage-femme, elle est obligée tous les mois de prendre trois bébés et de les arracher à leur mère pour les amener à l’Enclave. Dans cette société, c’est une obligation communément acceptée.

Mais tout change lorsque les parents de Gaia sont injustement arrêtés puis emprisonnés dans l’Enclave et c’est là que la personnalité de Gaia se révèle. Faible en apparence, elle se révèle dotée d’un caractère d’acier qui se bat pour ses convictions et peu à peu, elle va prendre conscience de l’anormalité du fait que des bébés soient arrachés à leur famille, surtout qu’elle est elle-même touchée par cela car ses deux grands frères lui ont été enlevés alors qu’elle n’était pas encore née.

Le livre n’est pas très gros mais il est rempli en actions et en émotion. Comme Gaia, je suis dans l’expectative. Ses questions? Je me les pose aussi. Je partage sa frustration et sa peine, surtout à la fin du livre. Mais surtout son espoir, sa combativité, je les ressens.
Le tome 01 aurait pu se terminer tel quel mais franchement, le tome 02 n’est pas du tout une déception. Au contraire!

Alors, c’est sûr, les histoires de ces deux tomes peuvent se lire indépendamment l’une de l’autre car les lieux changent. Ca peut être dépaysant au début mais on s’acclimate très vite.

De nouveaux personnages entrent en scène , ce qui apporte un peu d’air frais à l’histoire.

Gaia elle-même a changé, elle n’est plus l’enfant qu’elle était dans le 1er tome. Ici, elle doit apprendre à faire des concessions mais surtout à explorer au fond d’elle-même pour se connaitre vraiment. Elle réalise que la moindre de ses actions peut avoir des conséquences insoupçonnées.
Elle m’a souvent énervée et frustrée dans ce livre et en même temps, il faut se souvenir que Gaia n’a que 16 ans. Même si elle doit grandir plus vite que tout le monde, elle reste quand même une jeune fille idéaliste avec ses qualités et ses défauts. ( Ah, les hormones! )

Caragh O’Brien a réussi un bon tour de force car en rendant Gaia si faible et « ado », elle l’a rendue en meme temps proche de nous. Oui, en relisant le livre avec détachement, je n’ai pu m’empêcher de me dire:  » c’est vrai que j’aurais pu avoir ces doutes dans la même situation. » Gaia fait des erreurs et se montre faible. C’est là que Gaia devient plus qu’un personnage de fiction. Elle devient une personne réelle. Lorsqu’elle parle et agit, je la voix distinctement. Elle n’est plus abstraite pour moi.

La fin du livre est arrivée un peu vite à mon goût et me laisse sur ma faim.
Cependant, c’est là qu’on remarque que l’auteure sait où elle va car mine de rien, le tome 03 sera la réunion des sociétés des deux tomes précédents et j’ai hâte de savoir ce qu’il va se passer surtout pour Leon et Gaia.

L’accent a été mis sur l’histoire et même s’il n’y a que très peu de passages Leon/Gaia, ceux-ci suffisent pour dénoter la naissance d’un amour. Au contraire de certaines sagas où j’ai eu l’impression de lire du cucul, là, les sentiments de Gaia et de Leon sont saisissants de réalisme. Tour à tour, ils se détestent, se méprisent, ne se comprennent pas et se fascinent. Ce processus d’apprivoisement mutuel n’est même pas fini qu’on sent que lorsqu’ils auront leur happy end, ce sera mérité et gagné.

Le tome intermédiaire du point de vue de Leon apporte indéniablement un plus à l’histoire pour comprendre le caractère de Leon.

Si vous avez l’occasion de lire toutes ces merveilles, n’hésitez surtout pas car vous passerez un bon moment à partager les aventures de Gaia et de Leon.

Publicités

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s