Le jeune homme, la mort et le temps – Richard Matheson

couverture

Synopsis:

A trente-six ans, il n’a plus que quelques mois à vivre. Que peut-il faire face à son désespoir ? Le voici échouant dans un viel hôtel au bord de la mer, où il trouve la photographie d’une jeune femme ravissante, qui fût actrice à la fin du XIXe siècle. Il tombe amoureux du portrait et cherche à découvrir la vie de cette actrice qui, comme lui, ne s’est jamais mariée. Et, peu à peu, cette curiosité passionnée devient un véritable lien, un véritable amour. Mais comment va-t-il pouvoir rejoindre sa bien-aimée ?

Une superbe histoire d’amour. Un insolite voyage dans le temps qui devient un extraordinaire itinéraire romantique.

Mon avis:

Vous y croyez, vous, qu’on peut taper un article, faire une fausse manip et tout perdre d’un coup? Parce que c’est exactement ce qu’il m’est arrivé et franchement, j’ai bien cru que j’allais abandonner et passer à un autre livre. J’étais frustrée! Grrrrr!

Il m’a donc fallu une courte nuit de repos et une journée éreintante au travail avant de trouver le courage de m’y remettre. Donc, ce n’est pas exactement ce que j’ai écrit mot pour mot et la longueur de cet article est complètement différente de ce que j’avais originellement mais je n’ai pas la patience nécessaire pour tout réécrire complètement.

Le roman, écrit du point de vue de Richard et à la première personne, est découpé en deux grandes parties.

La première est consacrée à l’avant-voyage.

Richard a appris il y a peu qu’il a un cancer incurable et qu’il ne lui reste que très peu de temps à vivre. Les premières pages sont donc rédigée dans un style très lapidaire. Des phrases courtes comme celles que vous liriez sur un télégramme et qui traduisent la morosité de leur auteur. Il n’a plus goût à rien, voit défiler les jours sans y prêter attention. Il est là sans être là portant un masque en société pour faire comme mine que tout va bien alors qu’en réalité, il se fout de tout.

Mais surtout, avec ces petites phrases, on comprend la colère et l’indignation de Richard. Son incompréhension, sa rage de vivre. Richard, c’est un homme complexe. Il veut donner l’apparence qu’il se fout totalement de son sort et parfois, il arrive à s’en convaincre. Comme on le voit plus tard dans le roman, il est très fort pour s’auto-hypnotiser.
Cependant, oui, Richard est encore habité par une volonté. C’est pour cette raison qu’il s’est engagé dans son voyage sans but. Pour s’inventer un nouveau quotidien.

Et puis il arrive dans cet hôtel perdu où il tombe en extase d’un portrait représentant Elise McKenna.

On s’attendrit sur cet homme qui devient amoureux à en perdre la raison d’une femme qui a vécu 45 ans avant lui. La force de son amour nous fait rêver!

Et l’auteur, peu à peu, nous entraîne dans la science-fiction où il est possible de remonter le temps.

Le pire, c’est qu’on se laisse faire.

Car malgré l’incongruité de la situation, on souhaite que Richard réussisse son entreprise. Le jeune homme, la mort et le temps est avant tout une histoire humaine où vos sentiments se mêlent à ceux des personnages. Un récit tellement émouvant que vous passez outre ce bond dans le temps pour vous concentrer sur l’évolution des personnages.

La seconde partie, justement, du roman est consacrée à la relation de Richard avec Elise.

Elise McKenna est une jeune fille du 19ème siècle. Chaperonnée par sa mère, elle n’a pas d’hommes dans son entourage à l’exception de son imprésario, Robinson, secrètement amoureux d’elle.

Rêvant d’être une actrice accomplie, vous ne devineriez pas qu’elle cache une conviction féministe en avance sur son temps. Tellement féministe qu’elle refuse de s’engager avec un homme et vous vous doutez bien que Richard va complètement chambouler son monde.

C’est là que les choses se corsent. Comme Richard le fait remarquer, il a pensé à tous les moyens nécessaires pour rejoindre sa dulcinée mais pas du tout à comment lui parler ou agir avec elle le moment venu.

A notre grand amusement, le voilà donc aussi maladroit qu’un grand dadais et enchaînant les gaffes anachroniques (car parler de patio pour une cour intérieure vous attire des regards soupçonneux à cette époque) et faisant tout de travers quand il tente de séduire Elise.

C’est même frustrant de le voir littéralement ivre d’amour car il en perd complètement son sens logique dans tout ça.

Un gentleman du 19ème siècle ne poursuit pas une femme en la collant aux basques mais en faisant déjà le baise-main. Mais surtout, il ne la harcèle pas et ne lui impose pas sa présence en gémissant comme une gonzesse qu’elle ne doit pas le quitter.

Bigre! Elle est où la virilité dans tout ça? Hum? Surement pas en Richard. Il est complètement transformé. Je ne comprends même pas comment ça se fait qu’Elise lui tombe dans les bras. C’est vraiment hors de ma portée.

Mais bon.

Vous savez, il y a deux théories à propos des voyages dans le temps.

La première est que, peu importe que ce que faites lorsque vous retournez dans le passé, que vous influez sur les évènements ou non, il était de toute façon prévu que cela recommence. Comme un cercle. Façon Continuum. Si vous ne la connaissez pas, c’est une série. Je vous la conseille d’ailleurs, vous y retrouverez la talentueuse Rachel Nichols, le beau Victor Webster mais aussi la femme de Michael Shanks- Stargate SG1, série culte!- dans la vraie vie, Lexa Doig.

La seconde est que si vous changez la plus petite infime chose lors de votre bond, le futur s’en trouvera forcément altéré. Théorie illustrée par la fameuse trilogie des Retour vers le futur.

Richard Matheson a pris le parti d’opter pour la première théorie.

Petit à petit, alors que le héros s’en rend compte également sans vouloir l’accepter, nous comprenons que le voyage de Richard dans le passé est destiné à prendre fin. Tous les indices le montrent: le fait que ce soit lui qui fasse découvrir à Elise son futur compositeur préféré, qu’elle-même pressent qu’il ne restera pas, etc.

Pourtant, il y a ce quelque chose en nous qui fait comme Richard: on ignore la vérité le plus longtemps possible.

Et puis la fin. Honnêtement, la réaction de Richard, c’est comme si je la vivais moi-même. Poignante. A pleurer. Révoltante car quelque part, on espérait une happy end.

Mais vous avez oublié quelque chose: dans ce livre, les choses recommencent éternellement. Comme le dit le frère du héros, quelque part, Richard et Elise sont ensemble.

Ce livre rentre dans le cadre du Challenge romantique.

logo

About these ads

7 réflexions sur “Le jeune homme, la mort et le temps – Richard Matheson

  1. Great blog! Is your theme custom made or did you download it from somewhere? A theme like yours with a few simple tweeks would really make my blog shine. Please let me know where you got your theme. Appreciate it

  2. Bon avec pas mal de retard, mais tout de même …
    À ce jour (2013-01-19), Richard Matheson n’est pas mort et a 86 ans. La «fausse» préface est celle de Robert Collier, le frère de Richard Collier, le personnage … la note est déjà le roman.

  3. En passant sur le sujet des chroniques, j’ai vu la couverture du livre que tu as lu, et l’auteur m’a dit quelque chose. Je me suis dit : "est-ce que ce ne serait pas celui qui a écrit Je suis une légende ?". Je vérifie sur livraddict, et bingo :p
    Le lis ton résumé, et ta chronique, et je me dis que ce livre me plait ^^ Je le lirais un jour ^^
    Direction ma PAC (Pile à acheter :D) :)

    • Eh oui, c’est bien lui. Ce livre, c’est le dernier qu’il a écrit avant de mourir et en fait, il n’était même pas abouti. Il n’en était qu’au stade du 1er jet quand ce livre a été fini. Mais son frère l’a pas mal remanié et le voilà. Tout ça pour dire que ce bouquin change de ce qu’il fait habituellement mais comme Matheson sentait sa mort venir, il prend un sens très fort ;) Vraiment à lire!

        • De rien :) A la base, mon article était beaucoup plus détaillé et rempli de plus d’informations mais avec le bug que j’ai eu, je n’ai pas eu le courage de tout retaper. J’ai été nettement plus concise du coup. Merci à toi pour ton passage!

Laisser une empreinte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s